Djibouti : la Ligue djiboutienne des droits humains dénonce des arrestations arbitraires

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La Ligue djiboutienne des droits humains dénonce les arrestations arbitraires contre des civils dans le nord et le sud-ouest du pays, soupçonnées d’avoir des liens avec le Front pour la restauration de l’unité et la démocratie, en conflit armé avec le pouvoir. La ligue demande leur libération à travers un énième communiqué.

À Djibouti, le régime du président Ismaïl Omar Guelleh est confronté depuis 2020 à un mouvement de contestation déclenché par des arrestations visant des populations civiles, notamment des nomades dans le nord et le sud-ouest du pays. Depuis le mois de septembre de cette année, une vingtaine de personnes auraient été arrêtées et la dernière date du vendredi 8 octobre 2021. Ainsi, la Ligue djiboutienne des droits humains LDDH dénonce ces arrestations.

Il semblerait que les arrestations à Djibouti soient une forme de dissuasion des populations qui aimeraient rejoindre le Front pour la restauration de l’unité et la démocratie, un groupe armé en conflit avec le gouvernement. Le Front pour la restauration de l’unité et la démocratie se targue de ces adhésions dans son camp.

Le gouvernement djiboutien rejette formellement les accusations de la LDDH. Il traite le groupe rebelle d’organisation terroriste et estime que les informations de la Ligue sont mensongères et manquent surtout de crédibilité.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com