Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Robert Dussey ministre des Affaires étrangères du Togo, «les partenaires sont là pour nous aider mais les problèmes africains doivent être réglés par les africains eux mêmes.»

Le ministre des Affaires étrangères du Togo Robert Dussey a pris part à la conférence atlantique africaine qui s’est tenue à Rabat au Maroc le 8 juin 2022. C’était l’occasion pour le diplomate de poser un acte fort en annonçant l’ouverture officielle d’un consulat dans la ville de Dakhla. Robert Dussey a accepté répondre à nos questions concernant les relations bilatérales entre le Togo et le Maroc, à la situation politique dans la région ouest africaine et bien d’autres questions liées au Togo.

1- Vous avez représenté votre pays le Togo à la conférence atlantique africaine tenue le 8 juin 2022. Pourquoi était il important de prendre part à cette rencontre?   

Je pense que c’est une conférence très importante parce que lorsqu’on regarde la carte du continent africain malheureusement, toute l’atlantique nord, l’atlantique du continent africain n’est pas représentée en termes de structure pour permettre au riverains de l’atlantique de discuter ensemble. C’est pourquoi nous saluons l’initiative du Maroc de prendre le leadership sur cette question. Et quand on sait qu’en général 90% des marchandises passe par les océans, nous sommes heureux que cette réunion ministérielle puisse avoir lieu après la première qui avait déjà eu lieu n 2009, que cette initiative soit remise sur la table, et qui va permettre à tous les pays riverain de l’atlantique nord de se réunir, de discuter sur des enjeux qui sont: des enjeux de sécurité maritime, d’économie bleue, des enjeux de développement etc.   

2-Le Togo a décidé d’ouvrir un nouveau consulat dans la ville de Dakhla au Maroc. Qu’est ce qui a motivé l’ouverture d’une représentation diplomatique dans la ville de Dakhla et quels sont les grands axes de vos relations bilatérales avec le royaume du Maroc? 

Le Togo et le Maroc sont des pays très liés. En 2015, nous avons ouvert une ambassade ici à Rabat et cette année, le royaume du Maroc a ouvert une ambassade à Lomé. Quand on connaît le rôle que joue le Maroc dans le monde et dans la région, nous trouvons opportun, dans la vision du président togolais, Son Excellence Faure Gnassingbé, partagée par Sa Majesté le roi Mohamed VI ici à Rabat, il est important que nous gardions dans le cadre de cette coopération bilatérale l’unité et l’intégrité du territoire marocain. C’est pour cette raison que le Togo, en toute souveraineté, a pris la décision d’ouvrir un consulat général à Dakhla.

3-Dans une de vos récentes interventions vous avez indiqué que  « L’Afrique doit compter sur elle-même avant de réussir un partenariat avec l’Europe », et que « Nul ne bâtira ce continent à notre place ». Comment l’Afrique peut-elle réaliser pleinement son intégration politique, économique et sociale?  

L’Afrique doit compter sur elle-même! Est-il normal que pour de petits problèmes qu’on rencontre, on soit obligé d’aller vers des partenaires pour venir les régler? Quand on y pense même ça fait honte pour le continent africain. Nous avons le talent, nous avons le savoir, nous avons des hommes et des femmes qui peuvent le faire. Il faudrait mettre les africains devant leurs propres responsabilités et qu’ils sachent les assumer. Cela n’exclut pas que lorsqu’il y a des difficultés, qu’on puisse en parler avec nos partenaires. Les partenaires sont là pour nous aider mais les problèmes africains doivent être réglés par les africains eux même. Nul ne connaît le continent africain que nous les africains.

4-Le Togo maintient sa place de leader en matière de climat des affaires et vous n’avez de cesse d’appeler les investisseurs à venir au Togo. Quels sont les secteurs clefs mis en avant par votre pays pour attirer les investisseurs?  

Depuis deux ans déjà, nous avons mis sur pied un plan de développement, Malheureusement le Covid-19 est passé par là. Nous avions un plan de développement national 2018-2022 qui a été revue en une feuille de route gouvernementale 2020-2025 et les principales priorités de ce plan national de développement devenu feuille de route gouvernementale c’est d’abord l’agriculture, parce que l’agriculture togolaise donne des produits hélas que nous n’exportons pas. La vision du gouvernement togolais aujourd’hui est de procéder à la transformation de certains de ces produits quand c’est possible sur le territoire togolais afin de faciliter, de permettre  aussi de résoudre les problèmes liés à l’employabilité des jeunes etc. le gouvernement togolais voudrait faire du Togo un  hub logistique. Le port de Lomé c’est le seul port en eau profonde de toute la région; ce port dessert principalement les pays de l’hinterland, vous avez l’aéroport de Lomé avec une compagnie aérienne sous régionale qui est installée à Lomé; à partir de Lomé vous avez une facilité des vols à destination d’autres pays. La plate forme de Lomé est le siège d’une des plus grandes banque africaine, Ecobank; nous avons la banque ouest-africaine de développement dont le siège est à Lomé, nous avons la BIDC entre autres. C’est pourquoi la vision de notre gouvernement c’est que le Togo soit ce hub là à la fois dans les domaines des transports, de la finance etc. Enfin, quand vous additionnez  la transformation agricole, les hubs logistiques et financiers, il faudrait que les populations ressentent cet investissement, cette transformation du Togo et donc la troisième priorité du gouvernement est le social. c’est à dire que les fruits de cette transformation du Togo doit profiter aux togolais et c’est ce que le président et son gouvernement togolais sont en train de faire pour transformer la vie de nos populations. 

5-Le Togo joue depuis un moment un rôle de médiateur dans la crise politique au Mali à la demande des autorités maliennes. Comment se déroule cette mission de médiation à l’heure actuelle? Est ce qu’on peut espérer une sortie de crise définitive dans ce pays? 

Je vous rassure, le Togo n’est pas médiateur au Mali. Le président de la République Faure Gnassingbé a été sollicité par les autorités maliennes, par le président Assimi Goïta pour faciliter le dialogue entre la CEDEAO et le Mali, entre le Mali et la communauté internationale. Donc le Togo n’a jamais été médiateur, le Togo ne l’est pas, il ne le sera pas. Mais le président de la République est facilitateur pour que enfin, nos frères maliens puissent retrouver le chemin de la démocratie, pour qu’un ordre constitutionnel puisse enfin être rétablie au Mali au moment venu après les discussions avec la CEDEAO.

6- Africa 24 se veut un média acteur du développement et de la coopération entre les pays du continent. Que représente Africa24 pour vous? Quels conseils et orientations donneriez-vous pour voir Africa24 mieux valoriser les initiatives de votre pays ?

Vous savez, la première fierté que nous avons est que Africa24 est dirigé par les africains et pour les africains et vous êtes notre fierté. Merci à vous.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com