Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sénégal : 121 millions d’euros alloués à la production alimentaire d’urgence

850 000 agriculteurs sénégalais, dont 35% de femmes affectées par la crise alimentaire en Ukraine, vont bénéficier d’un financement de 121 millions d’euros de la Banque africaine de développement. Cet appui aux petits producteurs va permettre aux agriculteurs de bénéficier de plusieurs tonnes de semences pour étendre leurs cultures.

Dépendant du blé russe, le Sénégal subit les contrecoups de la guerre en Ukraine. Malgré les mesures étatiques, l’impact de ce conflit se répercute sur les prix des produits de grande consommation, à l’instar du pain, aliment de base des ménages. Pour éliminer les risques de famine, la Banque africaine de développement(BAD) a octroyé au gouvernement du Sénégal 121 millions d’euros, pour la mise en œuvre d’un programme agricole d’urgence au profit de 850 000 petits producteurs.

« Cette opération de la Banque vise à atténuer les chocs exogènes sur les plans financier, économique, social et climatique, et à maintenir la tendance haussière de la production céréalière observée ces dernières années, notamment en concentrant les efforts sur la disponibilité des principaux intrants auprès des producteurs  »

Mohamed Chérif, Responsable pays du Groupe de la Banque africaine de développement 

Grâce au programme agricole d’urgence, c’est 7 000 tonnes de semences céréalières, 3000 tonnes de semences de niébé et 15 000 tonnes de semences de pomme de terre qui seront bénéfiques aux producteurs. L’objectif est de produire 38 millions de tonnes de nourriture supplémentaire d’une valeur de près de 12 milliards de dollars  pour les deux prochaines années.

il sera donc peut être important dans un premier temps de sélectionner un matériel végétal si vous voulez des semences de qualité adapté à l’environnement capable de donner des rendements élevés, les multiplier massivement, les rendre disponible et accessible par l’ensemble des petits exploitants ceci dans le but non seulement d’augmenter les superficies cultivées, mais aussi les rendements pour une production toutes les autres conditions étant de bien entendu réunies qui permettra de surmonter efficacement la crise alimentaire

Jean Bertrand Atangana, Ingénieur agronome

Au Sénégal, le riz, le mil, le sorgho et le maïs constituent la base de l’alimentation des ménages. Aussi, afin de soutenir la production locale, le gouvernement a procédé à la réduction des prix des denrées alimentaires, un premier pas vers une sortie de crise.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com