Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sénégal : la manifestation de l’opposition prévue le 17 juin interdite par le préfet de Dakar

Tensions pré-électorales grandissantes au Sénégal. Le préfet de Dakar a interdit une manifestation prévue par l’opposition le vendredi 17 juin dans la capitale. L’autorité administrative invoque des menaces de troubles à l’ordre public et de violation du code électoral pour justifier l’interdiction.

Au  Sénégal, le rassemblement prevu le vendredi 17 juin 2022, à la place de la Nation, par la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi, a été interdit par le préfet de Dakar. Dans son arrêté rendu public mercredi 15 juin, le préfet Mor Talla Tine invoque deux motifs: menaces de troubles à l’ordre public  et  violation de l’article L61 du Code électoral, un article qui interdit toute propagande déguisée durant les 30 jours précédant l’ouverture officielle de la campagne. 

“Si le préfet considère que les conditions ne sont pas réunies-moi où je suis placé je ne pourrai pas vous dire si oui ou non le préfet a raison ou il a tort. La loi lui donne la possibilité pour certaines raisons qu’il est lui le juge arbitre, de dire que non la situation actuelle ne permet pas la bonne tenue de cette manifestation. Surtout lorsqu’on sait que l’opposition est dans une position de va qu’en guerre, parce que ces leaders ne seront pas présent à l’élection législative à cause de l’erreur qu’ils ont commise.”

Boubacar BA, Journaliste

Depuis l’invalidation par le Conseil constitutionnel d’une liste nationale de candidats de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi, le ton ne cesse de monter dans la classe politique sénégalaise. Cette invalidation a en effet écarté de la course le chef de file de l’opposition, Ousmane Sonko, et d’autres leaders politiques. 

“Pour ne pas assister à des violences, il faut que les acteurs politiques de part et d’autre reviennent à la raison. La politique ce n’est pas s’insulter, ce n’est pas s’invectiver. Yewwi Askan Wi a une habitude , une tradition de mettre la pression sur le gouvernement mais ça toujours été ça l’opposition. Aujourd’hui ceux qui sont au pouvoir étaient dans l’opposition à un moment donné et on a toujours tendance à mettre la pression sur le gouvernement en pensant que c’est une tactique politique. Il s’avère que ça peut marcher un moment donné où on a eu des difficultés pour imposer une alternance mais aujourd’hui cette stratégie ne se justifie pas.”

Boubacar BA, Journaliste

Pour l’opposant Ousmane Sonko, maire de Ziguinchor, le rassemblement de vendredi aura bel et bien lieu. L’opposition dénonce un stratagème de la présidence pour écarter ses adversaires. Ousmane Sonko et d’autres leaders ont menacé d’empêcher la tenue des élections législatives, si leur coalition Yewwi Askan Wi n’y participe pas.

Agenda

Cameroun : réduction de consommation d’énergie des industries au profit des ménages

Le ministère camerounais de l’Eau et de l’Énergie appelle les industries locales  à revoir leur consommation d’énergie électrique. La mise en place de cette action contribue à mieux desservir des ménages évitant des coupures d’électricité pendant CAN 2021. Cette décision fait suite au délestage rencontré dans plusieurs périphérique du pays ce 23 janvier 2022, pendant le match Nigeria-Tunisie.

Congo-Pénurie du ciment : la Sonocc annonce la reprise de sa production dès le 31 janvier

Afin de couvrir la demande nationale en ciment, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) va relancer ses activités dès le 31 janvier 2022. En effet, la cimenterie est en arrêt d’activités car le téléphérique est en panne, et sous l’effet de la covid-19, la commande passée pour dépanner le téléphérique tardait à arriver. Rappelons que depuis mi 2021, seule la cimenterie Forspak fonctionnait  mais ne pouvait pas combler le besoin des populations. 

Afrique : le Nigéria et Sao Tomé renforcent leur collaboration en matière de défense

Les forces armées du Nigéria et de Sao Tomé-et-Principe se sont exprimées en faveur d’un engagement en matière de défense. La rencontre entre les deux chefs d’état-major de la Défense a porté sur le rôle des deux nations dans la sécurisation du golfe de Guinée.Il en ressort un engagement ferme à la résolution des  problèmes de piraterie et à d’autres formes de criminalité.

Tchad : le mouvement UFDD dément tout ralliement au CMT

En date du 24 janvier 2022, l’Union des forces pour la démocratie et le développement(UFDD) a démenti toute alliance avec le Conseil militaire de Transition(CMT). En effet, plusieurs orpailleurs se faisant passer pour des membres de l’UFDD essayent de se rallier au CMT.Cependant, l’UFDD dément cette information affirmant  que ce groupe ne fait pas parti de ses troupes. L’UFDD dit s’inscrire dans la logique du dialogue que les autorités de transition envisagent organiser. 

RD Congo : manifestation pour la levée de l’état de siège

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement de la République démocratique du Congo ont amené les populations à manifester ce 24 janvier 2022 contre les forces de l’ordre exigeant la fin de l’état de siège. Malgré un important dispositif sécuritaire mis en place depuis le 23 janvier 2022, les artères de la ville de Beni vibrent au son des tirs et des gaz lacrymogènes.Les organisations de la société civile appellent à un « dialogue entre les manifestants et les autorités de la ville ».

Burkina Faso : le président Roch Kaboré Marc Christian a démissionné ce lundi 24 janvier 2022

Dans un document manuscrit publié par la télévision publique (RTB), le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré annonce sa démission « dans l’intérêt supérieur de la nation », après deux jours marqués par des mutineries dans plusieurs casernes du pays. « Par la présente, et dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent depuis hier, j’ai décidé de déposer ma démission de mes fonctions de Président du Faso, chef du gouvernement, chef suprême des Forces armées nationales », lit-on dans la lettre publiée par la télévision nationale. Dirigée par Paul-Henri Sandaogo Damiba, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a revendiqué le coup d’Etat.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com