Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : plaidoyer du Fonds monétaire international pour accroître la production locale

D’après le Fond Monétaire International, de nombreux pays de la région restent fortement dépendants des exportations de produits de base, connaissant en conséquence une production plus volatile et une croissance économique plus faible. Ainsi, une plus grande diversification économique est essentielle pour pallier ce problème selon le fond monétaire international. Pour l’institution financière, les exportateurs de produits de base devraient profiter de la hausse des prix des produits de base pour renforcer la crédibilité de leurs cadres macroéconomiques, améliorer le climat d’investissement et envisager de recourir à des interventions sectorielles ciblées en cas de défaillance du marché.

Les pays africains et notamment ceux de l’Afrique subsaharienne sont sans cesse confrontés à  des séries de défis. Les changements anticonstitutionnels, la crise du covid-19, les changements climatiques et l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont selon les perspectives économiques régionales du fond monétaire international d’Avril 2022, mis les économies du continent à rude épreuve. Plus récemment, la hausse des prix des produits tels que le blé, le pétrole et l’huile exige des solutions urgentes.

En début 2022, les pays de l’Afrique subsaharienne commencent à relever des difficultés économiques qu’ils ont rencontrées en 2021 et en 2022. Malheureusement, la plupart des pays de la région rencontrent à nouveau  un recul majeur. Ceci est par ailleurs causé par l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui handicape d’ailleurs les marchés mondiaux de matières premières. Cela représente un recul important sur l’économie global mais également pour la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne.

Abebe Aemro SelassieDirecteur du Département Afrique du FMI Éthiopie

Pour pallier ce problème, le Fond monétaire international suggère aux pays africains d’accroître la production locale  de blé et de diversifier les secteurs économiques. Par ailleurs, les gouvernements devraient pouvoir  implémenter des politiques anti inflationnistes qui préservent le commerce et le développement du tissu industriel. 

Cette crise actuelle sera conséquente pour les pays les plus vulnérables de l’Afrique subsaharienne ainsi que pour les personnes les plus vulnérables dans les pays les plus pauvres de la région. Par ailleurs,  la plupart des pays qui dépendent énormément des importations provenants directement de la Russie et de l’Ukraine seront impacté autant que les coûts d’engrais et les prix d’huile qui vont a leurs toure  impacté sur le prix de la production ainsi que sur les fournitures des biens et des services.

Abebe Aemro SelassieDirecteur du Département Afrique du FMI Éthiopie

D’après la  projection économique du Fond Monétaire International sur l’Afrique subsaharienne, le taux de croissance économique sera de 3.8% en 2022 et de 4.0% en 2023, quelque peu en baisse par rapport à 2021, où il se situait à 4.5%.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com