Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : résilience des femmes face aux changements climatiques

Du 14 au 25 mars 2022, s’est tenu la 66ème session de la Commission de la condition de la femme. Au cours de ces échanges, plusieurs états membres sont revenus sur la vulnérabilité de la femme et la jeunes filles victime de discriminations sociales. D’où le defi de la mise en oeuvre des Politiques et programmes intégrés pour le changement climatique en faveur de l’épanouissement de la femme.  

En Afrique, il existe encore des cadres politiques discriminatoires préjudiciables aux femmes et aux filles dans le développement agricole.Pourtant selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 80% des denrées alimentaires destinées à la consommation des ménages et à la vente sur les marchés locaux sont produits par les femmes.  Aussi, la commission de la condition de la femme de l’Onu qui s’est reunie du 14 au 25 mars 2022 était l’occasion de revenir sur l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme.

Dans certains secteurs comme l’agriculture, les femmes représentent au bas mots 50% de la main d’oeuvre c’est dire qu’elles jouent un rôle d’importance sur la question de la sécurité alimentaire au niveau des ménages au niveau des communautés et si on ne fait pas attention, ces changements climatiques exacerberont les obstacles auxquelles ces agricultrices sont confrontées

Minata Samaté, Cessouma Commissaire Santé, Affaires humanitaires et Développement social de l’UA Burkina Faso

Malgré la mise en œuvre des programme des Nations Unies pour le développement humain,les femmes souffrent toujours de discriminations sexistes et ont un accès limité aux ressources.En conséquence,  elles ont moins de temps pour prospérer financièrement, faire de la politique ou d’autres activités publiques.Ce sont donc les femmes et les filles qui supportent l’essentiel des conséquences des changements climatiques.

Le Niger est un pays où 76% des filles sont mariées avant 18 ans. Donc d’après une enquête de l’Unicef, c’est le taux le plus élevé. La fille constitue comme un poids à la famille compte tenu de son statut inférieur à l’homme. La fille qui devait par exemple être un agent de développement, se voit être soumise et relayée donc à des travaux domestiques

Aminata Allahoury Zourkaleini Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant Niger 

En 2022, il conviendrait que les intérêts des femmes soient davantage pris en compte dans les politiques de développement durable et que les négociations internationales sur le climat traitent également des impacts différenciés du changement climatique sur les femmes et les hommes, structurer davantage les stratégies et les outils qui intègrent les femmes en tant qu’actrices du développement durable.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com