Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Bassin du Niger : 2 000 milliards de FCFA à collecter pour faire face aux crises socio-économiques en 2023

L’Autorité du bassin du Niger compte renforcer ses moyens d’intervention face aux crises socio-économiques accentuées par les effets du changement climatique dont les populations de ses pays membres font face. Pour répondre à ces multiples défis, l’institution envisage de réformer profondément ses outils de gestion et de sa stratégie de mobilisation des ressources financières. Des enjeux présentés à la réunion des experts de l’Autorité du bassin du Niger, qui se déroule à N’Djamena au Tchad.

Pour la période 2022 – 2023, l’Autorité du bassin du Niger souhaite mobiliser environ 2 000 milliards de FCFA auprès des bailleurs de fonds, pour financer les projets structurants au profit de 25 millions personnes affectées par le changement climatique au sein des pays partageant les ressources du bassin du fleuve Niger. L’institution a organisé une rencontre d’experts à N’Djamena, du 06 au 12 octobre, pour examiner les différentes réformes à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif et mieux répondre aux défis de gestion et de financement de ses programmes et projets de développement. 

“Les points inscrits à cette présence assise reflète la densité et la portée des défis auxquels notre organisation a à faire face. Je ne doute point que le niveau de notre engagement et la maturité de notre organisation nous permettront de relever sereinement tous ces défis au profit de nos populations.”

ABDERAHIM BIRÉMÉ HAMID, Secrétaire exécutif de l’ABNTchad

Avec des réformes, l’Autorité du bassin du Niger compte engager la responsabilité des États dans la mondialisation des ressources pour faire du fleuve Niger un véritable outil de développement communautaire. Environ 20 millions de personnes au Sahel sont affectées par des crises alimentaires et des catastrophes naturelles notamment les inondations et les sécheresses qui impactent durement la croissance des pays membres de l’ABN. 

“La rencontre des experts est un véritable cadre de réflexion et de débats pour proposer à l’instance ministérielle les solutions les plus appropriées aux différentes problématiques qui interpellent le Bassin.”

ALIO ABDOULAYE IBRAHIM, Ministre de l’Hydraulique urbaine et ruraleTchad

La réunion des experts tenue à N’Djamena précède la session extraordinaire et la 41e session du conseil des ministres des pays membres de l’Autorité du Bassin du Niger qui se tiendra mi-octobre 2022 à N’Djamena. Pour rappel, l’ABN est constitué de neuf pays notamment le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée, le Niger, le Nigéria et le Tchad.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com