Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun : 42 milliards de FCFA pour lutter contre la flambée des prix des engrais

Soucieux d’une production agricole de qualité pour assurer la disponibilité des produits dédiés à la consommation ou à l’export et augmenter les revenus économiques, les autorités camerounaises mettent sur pied des stratégies pour booster la production agricole,  réguler et stabiliser les prix des engrais qui conditionnent la production.

Les autorités camerounaises vont bénéficier d’appuis financiers de la banque africaine de développement et de la banque mondiale soit respectivement 42 milliards de francs CFA et 52 milliards de francs CFA pour pallier aux sévices de la pénurie de certains produits indispensables à une production agricole de qualité, notamment, les engrais et autres pesticides. Depuis le début de la crise russo-ukrainienne, l’accès aux engrais se complique, les deux protagonistes étant les principaux fournisseurs mondiaux.

Le gouvernement à mis en place un certain nombre de programmes, stratégies et projets pour répondre à cette crise. La Banque Africaine de Développement a consenti de mettre en place un projet d’appui à la production agricole: une ligne de crédit participant à un appui sectoriel budgétaire de quarante deux milliards de francs a été mise en place. Le deuxième programme mis en place est le programme d’urgence de lutte contre les crises alimentaires, financé par la banque mondiale à hauteur de 52 milliards de francs CFA 

Mbairobe, Ministre de l’agriculture et du développement local

Les subventions sous forme de lignes de crédit vont permettre de juguler la crise de la hausse des prix des engrais mais surtout, va permettre d’augmenter la production agricole nationale de 30% pour éviter la survenue d’une crise alimentaire d’ici 2024-2025 selon les experts de la banque mondiale A cette disposition va s’ajouter la mise à disposition de semences de qualité et des graines prégermées de produits de grande consommation afin de multiplier le potentiel agricole des producteurs.

Il a été établi par les experts de la banque mondiale que face à l’augmentation démographique et la dépendance de l’extérieur, si nous ne voulons pas nous diriger vers une crise alimentaire dans les années 2024-2025, il est impératif d’augmenter la production agricole de 30 pourcent chaque année.  

Mbairobe, Ministre de l’agriculture et du développement local

La production agricole du Cameroun a permis de réduire les importations dans la filière maïs passant de quatre cent milles tonnes en 2017 à 29.000 tonnes en 2021. Il est donc question de maintenir le cap pour assurer la sécurité alimentaire et l’autosuffisance alimentaire tout en réduisant autant que possible les importations.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com