Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun : un brevet d’invention sur le traitement de l’hypertension pulmonaire

Le scientifique camerounais Emmanuel Eroumé A Egom a présenté à Yaoundé le 17 juin 2022, un traitement de l’hypertension pulmonaire. Le projet classé innovant en matière d’avancée majeure en découvertes scientifiques a obtenu un brevet de l’Office des brevets et des marques des États-Unis et de l’Office européen des brevets.

C’est une petite révolution pour le monde de la recherche médicale et une lueur d’espoir pour les personnes souffrantes d’Hypertension artérielle pulmonaire, un  traitement « innovant » sur l’hypertension pulmonaire est sur le point de voir le jour. Le Pr Emmanuel Eroume à Egom a présenté le 17 juin 2022 à Yaoundé au Cameroun, son brevet d’invention de l’Office des brevets et des marques des États-Unis et de l’Office européen des brevets pour ce traitement. Très peu connue, l’hypertension pulmonaire touche près 600 millions de personnes en Afrique, selon l’OMS. 

Certaines formes comme l’hypertension artérielle pulmonaire est souvent considérée comme une maladie dévastatrice et mortelle avec une survie médiane de deux ans et 8 mois. Donc nous espérons qu’avec ce nouveau traitement, nous pourrons non seulement changer la morbidité mais également la mortalité.

Emmanuel Eroume à Egom, Chercheur en médecine 

C’est ici à Yaoundé dans les laboratoires de l’IMPM, Institut de recherches médicales et d’études des plantes médicinales, que le Pr Emmanuel Eroume à Egom, agrégé en médecine, cardiologue et maître de recherches débute en 2014, ses recherches sur l’hypertension artérielle pulmonaire avec le soutien de l’Etat du Cameroun et de la société de recherche clinique et translationnelle, Egom Clinical and Translational Research Services Ltd (ECTRS). Même si le traitement proposé est encore sous la forme « d’activateur de récepteur des peptides natriurétiques de type C », la formule complète du médicament pourrait être connue assez tôt si les financements suivent.

À la prochaine étape comme je le disais tantôt, c’est de se lancer dans des études cliniques dont l’objectif principal serait d’étudier la toxicité de ce médicament mais également d’identifier la dose minimum et maximum tolérée.

Emmanuel Eroume à Egom, Chercheur en médecine

Très souvent tardivement diagnostiquée, l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie pulmonaire rare et grave, qui ne guérit pas. Elle se caractérise par une augmentation de la pression sanguine dans les artères. Aujourd’hui, l’espoir d’un nouveau traitement est né. Et le chercheur camerounais appelle les gouvernements africains à œuvrer pour rendre ce traitement accessible à toute l’Afrique, continent où réside près de 80% de la population mondiale atteinte d’hypertension artérielle pulmonaire .  

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com