Kenya : le gouvernement mise sur le manioc génétiquement modifié pour lutter contre la famine

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’agriculture au Kenya souffre des effets du changement climatique marqué par de fortes sécheresses qui rendent difficile la culture du riz et du maïs, principaux produits de base de l’alimentation des populations. Le pays mise désormais sur la culture du manioc pour faire face à ses défis alimentaires. Le manioc génétiquement modifié bénéficie désormais d’une stratégie nationale pour sa transformation.

Le Kenya a identifié la culture du manioc comme une alternative pour assurer la sécurité alimentaire des populations. Le pays est confronté à la baisse de la production de ses cultures de base, le riz et le maïs en raison des effets du changement climatique. Selon des experts, le choix porté sur le manioc s’explique par le fait qu’il soit résistant à la sécheresse.

Le manioc a jusqu’ici été marginalisé par le Kenya en raison notamment de pathologies qui atteignent la culture à l’instar de la mosaïque du manioc. Pour faire face à cette difficulté, le pays mise sur le manioc génétiquement modifié, reconnu plus productif et résistant aux maladies.

Le gouvernement kényan a l’ambition de donner une place importante à la transformation du manioc. Le pays a élaboré une stratégie nationale pour l’exploitation des racines et tubercules de la plante. L’objectif pour le Kenya est d’augmenter la production de manioc afin de réduire le déficit de maïs de 14,7 millions de sacs d’ici 2024.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page
Feedback