Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

La commission économique pour l’Afrique préoccupée par la résilience des économies africaines

Mener des réflexion sur les éclosions des zones économiques spéciales ou encore penser le rôle des financements innovants à l’effet de stimuler significativement la croissance des économies africaines, ce sont, entre autres, les objectifs des travaux du Comité intergouvernemental des hauts fonctionnaires et experts de la CEA, Afrique centrale et de l’Est qui se sont ouverts ce 15 novembre 2022 à Victoria aux Seychelles. 

La résilience des économies africaines préoccupe la commission économique pour l’Afrique (CEA). Les questions de promotion de financements innovants, d’éclosion de zones économiques spéciales et de résilience des économies ont été les principaux sujets en débat en marge du Comité intergouvernemental des hauts fonctionnaires et experts de la CEA, Afrique centrale et de l’Est, à Victoria aux Seychelles.  

On veut exposer aujourd’hui ce qu’on appelle les zones économiques spéciales de nouvelle génération. Les zones économiques d’anciennes générations ont donné par exemple des congés fiscaux, mais on n’a pas vu un impact réel sur les économies. Et on le fait parce qu’on veut créer des conditions idéales qui vont permettre à cette activité de réussir, notamment on va faire appel à une expertise particulière on veut donner des conditions fiscales ou d’autres avantages qui vont inciter les investisseurs à se déployer dans cet espace. 

Jean Marc Kilolo, Chargé des affaires économiques en Afrique centrale – CEA

Dans un contexte d’incertitude économique dominée par l’inflation, la cherté de la vie, les conséquences des changements climatiques et les dettes publiques dues en partie à la crise

sanitaire ou encore au conflit russo-ukrainien, l’urgence de penser des systèmes économiques plus résilients s’impose aux Etats africains. Si certaines économies africaines se remettent progressivement de ces crises il est impératif de dynamiser et diversifier les économies à travers une transformation structurelle tout en anticipant la survenue d’éventuelles crises.

Les gouvernements du monde entier ont reconnu l’urgente nécessité de renforcer la résilience face aux chocs futurs. La plupart se sont engagés à reconstruire en mieux, en mettant l’accent sur la transformation structurelle et la diversification économique, et nos pays ne sont pas différents. Nous sommes ici pour partager notre expérience et redéfinir le programme de développement de nos sous-régions respectives.

Naadir Nigel Hamid HASSAN, Ministre des Finances, de la Planification économique et du Commerce Seychelles 

Pendant quatre jours, du 15 au 18 novembre 2022, les experts des questions économiques de la CEA, de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale et ceux de l’Afrique de l’Est vont partager les expériences pour trouver les méthodes et stratégies afin de d’aboutir à des solutions pour renforcer la résiliences des économies africaines.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com