Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Bénin sollicite la BID pour accroître sa production de coton et de céréale

Les assemblées annuelles du Groupe de la Banque islamique de développement qui se déroulent en Egypte ont été une occasion pour les pays africains de discuter de la mobilisation des ressources au profit de leurs programmes de développement. C’est le cas du Bénin qui a présenté ses ambitions d’augmenter significativement d’ici 2025 ses productions agricoles notamment, celles du coton et des céréales pour faire face aux chocs exogènes. Des ambitions que certains acteurs trouvent légitimes au regard du chemin parcouru par le pays dans la transformation de son économie.

En marge des assises des assemblées annuelles de la Banque islamique de développement, qui se déroulent du 1er au 4 juin 2022 à Charm El-Cheikh en Egypte, le Bénin a présenté ses ambitions de relance de son économie post-Covid. Le pays se fixe comme objectif d’accroître sa production de coton brut à un million de tonnes d’ici 2025 et d’augmenter ses productions céréalières de 30% d’ici cinq ans. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, le Bénin compte sur le financement solidaire et l’accompagnement technique de la B.I.D.

“Le Bénin est un pays avec une économie très dynamique sous la présidence de Patrice Talon qui fait des miracles dans le pays. Par exemple pour la production du coton, nous sommes déjà le premier en Afrique avec une production qui touche les 800 mille tonnes et nous ambitionnons d’atteindre un million de tonnes dans deux à trois ans. C’est pareil pour la culture vivrière, nous envisageons atteindre un million de tonnes de riz à l’horizon 2025.

ZUL-KIFL SALAMI, Administrateur de la BID

Conscient des besoins énormes de financements de ses pays membres africains, le Groupe de la banque islamique de développement se positionne de plus en plus sur les marchés internationaux pour lever des fonds à des conditions compétitives. Des engagements financiers dont le Bénin compte profiter pour financer la relance de ses productions agricoles et la transformation de ses matières premières agricoles.

“Avec sa maturité et l’expérience acquise et les besoins énormes des pays membres, la BID est maintenant sur les marchés internationaux pour lever des ressources sous forme de Sukuk. Le Sukuk ce sont des titres financiers qui sont semblables aux obligations conventionnelles. La BID est très prisée sur les marchés à cause de la qualité de sa gestion et des soutiens de ses pays membres tels que l’Arabie Saoudite, le Koweït, les Emirats Arabes Unis etc..”

ZUL-KIFL SALAMI, Administrateur de la BID

En marge de ses assemblées annuelles, le Groupe de la banque islamique de développement discute avec la coordination des fonds arabes pour augmenter son portefeuille de financement au profit de ses pays membres dont les économies sont en difficulté à cause des facteurs exogènes comme la pandémie de Covid et le réchauffement climatique. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com