Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le Ghana déclare la fin de l’épidémie de la maladie à virus de Marburg

Le Ghana a déclaré aujourd’hui la fin de l’épidémie de maladie à virus de Marburg qui a été confirmée, il y a près de deux mois. C’était la première fois que la fièvre hémorragique hautement contagieuse et avec presque le même taux de mortalité qu’Ebola était détectée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Les autorités sanitaires du Ghana ont déclaré le 16 septembre 2022, la fin de l’épidémie à virus de Marburg, après 42 jours sans que personne ne soit testé positif. C’était la première fois que cette fièvre hémorragique était détectée au Ghana, qui a confirmé un total de 3 cas, dont deux mortels, dans le cadre de cette épidémie déclarée le 7 juillet 2022.

« Je déclare par la présente que les raisons appropriées de l’éclosion de la maladie de Marburg ont été mises en œuvre au cours des 42 jours, à la suite du dernier résultat négatif du test PCR pour le seul patient survivant avec recommandation de l’OMS … Le Ghana a donc réussi à interrompre la première épidémie de maladie à virus de Marburg et déclare par la présente que l’épidémie est terminée. »

Patrick Kuma-Aboagye, directeur général des services de santé

Au début de l’épidémie, les autorités sanitaires ghanéennes, avec le soutien de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires, ont rapidement déployé des mesures de contrôle de l’épidémie et renforcé la surveillance de la maladie, le dépistage, le suivi des contacts et les soins cliniques pour ralentir la propagation de la maladie et mieux protéger les populations. Au total, un échantillon de 198 personnes a été testé négatif au virus lors de sa première apparition au Ghana.

« Bien qu’il n’ait aucune expérience antérieure avec la maladie, la réponse du Ghana a été rapide et robuste. Des vies ont été sauvées et la santé des personnes a été protégée grâce à un système efficace de détection des maladies qui a permis d’identifier rapidement le virus et a permis une réponse rapide pour freiner la propagation de l’infection. »

Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique

De la même famille qu’Ebola, la fièvre hémorragique de Marburg, hautement infectieuse présente un taux de mortalité compris entre 24 et 88 %. Elle est transmise à l’homme par les chauves-souris frugivores. Le virus se transmet ensuite d’une personne à l’autre par contact direct avec les fluides corporels, les surfaces et les objets d’un malade. Il n’existe pas de vaccins ou de traitements antiviraux pour la fièvre de Marburg, mais l’OMS affirme que les soins de soutien : la réhydratation avec des liquides oraux ou intraveineux et le traitement de symptômes spécifiques améliorent le taux de survie.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com