Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Seychelles : des initiatives lancées pour protéger au moins 50% des écosystèmes marins d’ici à 2025

Aux Nations unies le 20 septembre, le président des Seychelles Wavel Ramkalawan a fait part à l’Assemblée générale des initiatives mises en place aux Seychelles pour lutter contre la pollution maritime et protéger les côtes et les océans. Affectés par les changements climatiques, les Seychelles ont du mal à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés à savoir protéger au moins 50% des écosystèmes d’herbiers marins d’ici à 2025. Fort de ce constat, le président Ramkalawan appelle les pays occidentaux, responsables de la dégradation du climat, à assumer leurs responsabilités.

Le gouvernement seychellois s’est engagé, en 2020, à sauvegarder 30 % de ses eaux territoriales. Cependant, avec l’élévation du niveau de la mer qui constitue une menace existentielle, les Seychelles espèrent protéger au moins 50% des écosystèmes d’herbiers marins d’ici à 2025 comme l’a indiqué le président seychellois Wavel Ramkalawan à la 77ème assemblée générale de l’ONU le 20 septembre 2022.  Les herbiers marins comprennent des dizaines d’espèces de plantes aquatiques qui permettent, entre autres,  de capter le carbone et de lutter contre l’érosion côtière.

Notre plan spatial marin est un exemple qui montre comment l’action climatique, la conservation des océans, le développement durable, le renforcement de la résilience, tout cela peut être réalisé. Fort de cela, les Seychelles se sont engagées à protéger au moins 50% des écosystèmes d’herbiers marins d’ici à 2025 et 100% d’ici à 2030.

Wavel Ramkalawan, président de la République des Seychelles

Composées de 115 îles, les Seychelles sont connues comme un trésor de biodiversité. Malheureusement, avec le dérèglement climatique, les eaux sont de plus en plus souillées par des déchets qui dégradent l’environnement. Aussi, le président Wavel Ramkalawan appelle les pays occidentaux à assumer leur responsabilité dans le changement climatique car avec moins de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l’Afrique est pourtant soumis à plus de chocs que les autres continents.

Néanmoins je suis encouragé sur l’accord historique, de mettre en place un comité de négociation environnemental qui a pour mandat de mettre au point un accord juridiquement contraignant pour mettre un terme à la pollution  par les plastiques et je l’espère ceci va élever les ambitions dans d’autres domaines de la protection de l’environnement  y compris s’agissant de la protection de la biodiversité

Wavel Ramkalawan, président de la République des Seychelles

Le gouvernement des Seychelles veut limiter sa dépendance aux financements provisoires pour son développement. Il appelle les institutions financières internationales et les banques multilatérales de développement à mettre un accent sur la nécessité d’un indice de vulnérabilité multidimensionnelle permettant aux pays en situation de vulnérabilité d’accéder à des financements concessionnels pour répondre à leurs besoins.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com