Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tunisie : Ennahda rejette le décret sur la création d’une instance supérieure chargée des élections

Le mouvement Ennahdha a annoncé son rejet du décret du président de la République relatif à la révision de certaines dispositions de la loi organique portant création de l’Instance Supérieur indépendante pour les Elections (ISIE).Le mouvement autrefois majoritaire au parlement dénonce “ une continuité de la destruction de l’Etat ».

En Tunisie, Le mouvement Ennahdha dénonce un projet de destruction de l’Etat par le Président Kais Saied. Après la dissolution du parlement le 30 mars, le Président Kais Saied a encore décidé ce 22 avril que les membres de l’Instance Supérieur indépendante pour les Élections (ISIE) seraient désormais nommés par décret présidentiel pour une durée de 4 ans. Une décision qui tombe alors que le pays s’apprête à tenir des élections législatives en décembre 2022 et l’élection présidentielle en 2024. 

Ce décret  s’inscrit dans la continuité de la destruction de l’Etat, la mainmise sur toutes les autorités, le sabotage des acquis démocratiques et le mépris envers le peuple tunisien et sa révolution .

Rached Ghannouchi, Chef du mouvement EnnahdhaTunisie

Le mouvement Ennahdha était la principale force parlementaire et pilier des coalitions gouvernementales successives depuis la chute du régime du président Ben Ali, en 2011. Après le gel du parlement par le président en juillet 2021, le parti de  Rached Ghannouchi, avait réussi à réunir 116 votes sur un total de 217 députés en faveur d’un projet de loi visant à annuler les mesures d’exception prises par le Président Saïed le 25 juillet. Une démarche qui avait conduit à la dissolution du parlement

« L’instance électorale ne pouvait pas être la même que celle d’avant puisque le choix de la composition de cette institution n’était pas à la hauteur, il était aux mains de partis politiques qui étaient la cause principale de la crise dans le pays. Le président avait tout à fait raison de remettre à plat cette composition et de partir sur une nouvelle base pour que les élections ne soient pas pipées. Sauf que le Président a créé une véritable ambiguïté dans son action qui était au départ légitimée, aujourd’hui, il semble vouloir tout accaparer, tout concentrer entre ses mains et c’est cela l’erreur à ne pas commettre. »

Hichem Ben Yaiche, Analyste politique Tunisie

De nombreuses formations politiques à l’instar du mouvement Ennahdha dénoncent un coup d’Etat contre la constitution depuis le 25 juillet date à laquelle le Président Kais Saied avait pris des mesures exceptionnelles. En début avril, des manifestants étaient également descendus dans la rue pour signifier leur désapprobation. Avec ce nouveau décret présidentiel sur l’instance de gestion des élections le Président Saied est bien déterminé à garder le contrôle sur tous les aspects qui touchent à son pouvoir.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com