Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : 154 milliards USD supplémentaires par an nécessaires pour les ODD

Dakar abrite la 54ème session de la Conférence des ministres africains de la planification de la Commission économique pour l’Afrique. Cet événement annuel offre aux participants l’occasion de débattre des questions clés sur le développement de l’Afrique. Un creuset de dialogue et d’échanges dans lequel l’Institut Africain de Développement Économique et de Planification (IDEP) joue un rôle prépondérant, en tant qu’organe subsidiaire de la CEA.

La Commission économique pour l’Afrique CEA a fait état des progrès majeurs dans les secteurs industriels clés de l’Afrique au cours de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique 2022. Même s’il a  été reconnu que la résolution sur le financement supplémentaire de l’Institut africain pour le développement et la planification économique (IDEP) était une tâche difficile en raison de la pandémie de COVID-19, cela n’a pas entravé les politiques novatrices visant à résoudre les besoins de financement des etats africains en matière de développement.

L’important c’est réellement l’idée d’arriver avec des idées innovantes, de sortir de ce que les anglosaxons appellent “business instruction”, ne pas refaire ce que nous avons déjà fait depuis des décennies mais réellement regarder de manière résolue vers le futur, en réfléchissant aux meilleurs moyens de financer le développement de nos pays.

Karima Bounemra Ben Soltane, Directrice de l’Institut Africain de Développement Économique et de Planification

Conscients de l’aggravation des déficits de financement depuis l’apparition du covid 19, les Etats estiment que les dépenses annuelles liées aux objectifs de développement durable en Afrique devraient augmenter de 154 milliards de dollars par an. Par conséquent l’ampleur de cette crise exige des approches innovantes pouvant offrir des options durables pour augmenter le financement public.

Les gouvernements seuls ne peuvent pas aujourd’hui, répondre à toutes les interrogations, à tous les défis. Nous même nous avons lancé quelque chose que nous appelons “le réseau des jeunes économistes où nous encourageons des jeunes chercheurs africains, à travailler sur des sujets éminemment importants, dont la conception de programmes de développement et le transfert du résultat de leur savoir et savoir-faire, aux pays.

Karima Bounemra Ben Soltane, Directrice de l’Institut Africain de Développement Économique et de Planification

L’accélération du développement n’est pas seulement du ressort des gouvernements. Karima Bounemra Ben Soltane, directrice de l’IDEP estime que répondre aux défis nécessite plus que jamais une implication réelle et effective de tous les acteurs, surtout du secteur privé. Cela pourrait contribuer à l’élaboration de politiques efficaces, pour de nouveaux modèles de financement visant à soutenir les problèmes régionaux et transfrontaliers.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com