Afrique : la Cédéao suspend la Guinée de ses instances suite au coup d’État et acte l’envoi d’une mission

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Cédéao s’est réunie, en Session Extraordinaire, le 8 septembre 2021 par visioconférence, pour examiner la situation politique en Guinée.

72 heures après le coup d’État qui a renversé le président Alpha Condé à Conakry, les chefs d’État de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire virtuel, ont examiné mercredi 08 septembre la situation en Guinée. L’institution ouest-africaine a décidé de suspendre le pays et annonce l’envoi d’une mission “pour discuter avec les nouvelles autorités”.

Les dirigeants des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont décidé, mercredi 8 septembre 2021, de suspendre la Guinée des organes de décision de l’organisation et de dépêcher jeudi 09 septembre 2021, une mission dans le pays à la suite du putsch qui y a eu lieu dimanche 5 septembre.

“La Cédéao a décidé de suspendre la Guinée de toutes ses instances de décisions, et demande que ces décisions soient endossées par l’Union africaine et les Nations unies ».

Alpha Barry, ministre des affaires étrangères burkinabé

Selon le membre du gouvernement Burkinabè, une « mission de haut niveau » devrait être envoyée jeudi en Guinée « pour discuter avec les nouvelles autorités ». À l’issue de cette mission d’une durée non précisée, la Cédéao réexaminera ses positions.

À l’ouverture du sommet virtuel, Nana Akufo-Addo, président du Ghana, président en exercice de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Cédéao, avait évoqué une « violation claire » de la charte de bonne gouvernance de la Cédéao et « d’incident malheureux et regrettable » pour qualifier le coup d’État du 5 septembre 2021. la Cédéao « réaffirme son opposition sans réserve à tout changement politique par des moyens non-constitutionnels », et « condamne avec la plus grande vigueur ce coup de force », renseigne le communiqué final de cette session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao.

La « libération immédiate » du président Alpha Condé

Les dirigeants de la Cédéao « ont exigé le respect de l’intégrité physique du président Alpha Condé », renversé par les putschistes dimanche, ainsi que sa « libération immédiate » et de toutes les personnes interpellées, a-t-il ajouté. Ils réclament aussi que les militaires « mettent en place un processus qui permette d’arriver très rapidement à un retour à l’ordre constitutionnel normal », précise le communiqué finanle de cette session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page
Feedback