Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : la presse s’insurge contre les discours de haine dans les médias

La première Convention africaine des médias qui s’est tenue du 1er au 3 mai 2022 à Arusha, en Tanzanie, a mobilisé 400 journalistes et autres acteurs des médias qui, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, ont échangé sur les moyens de lutter contre la propagation des discours de haine dans les médias africain à l’ère du numérique.

En Afrique, la presse s’insurge contre les discours empreints de haine et de violence… Une véritable gangrène de l’univers des médias qui apparaît comme de véritables armes de destruction massive, notamment  à l’ère du numérique. Ainsi, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, une série de réflexion a été menée sur le continent pour réduire les discours de haine dans les médias.

Construire une presse crédible, il faut des hommes et des femmes qui aient la maitrise de ce qu’il faut faire, de comment est ce qu’il faut le faire pour pouvoir rendre au public ce qui est attendu.

Evelyne Owona Essomba, Journaliste  – Cameroun

A l’occasion de la première convention des médias africains tenu du 1er au 3 mai 2022 à Arusha en Tanzanie, plus de 400 journalistes et autres acteurs du secteurs des médias ont échangés sur des solutions pour lutter contre ce fléau et sur le rôle des médias et du journaliste pour la construction d’une Afrique durable et plus prospère, dans un contexte marqué par le boom des médias sociaux.  

« Tout le monde a un smartphone donc si quelqu’un est témoin d’un accident même seulement en tant que citoyens il peut prendre une photo et la publier sur Instagram ou twitter ou encore Facebook. Donc nous en tant que journaliste nous avons le rôle important de donner la bonne et exacte information et ceux en nous rendant sur le site de l’événement filmé par le dit citoyens et nous rassurer que cet événement a réellement eu lieu. Ceci parce que nul ne peut empêcher l’autre de prendre des photos mais nous en tant que journaliste devons aller au delà de ces images et montrer à la société ce qui se passe réellement »

Ramadhan Mvungi, Journaliste – Tanzanie

« Nous devons retourner à notre véritable fonction de journaliste envers les membres de la société qui est de les éduquer. Et c’est d’ailleurs la meilleure options pour pouvoir lutter contre ce phénomène » On fait comment pour descendre

Grâce Matcha, Blogueuse – Tanzanie

En Afrique, la prolifération des fausses nouvelles et des discours de haine illustrent les méfaits potentiels du contenu médiatique en ligne notamment et auraient de l’avis de certains observateurs servis à alimenter de nombreux conflits sur le continent.  Face à cette situation l’union africaine appelle la responsabilité du journaliste pour la diffusion d’une information de qualité, fiable et utile à la société africaine…. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com