Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : la ZLECAf au coeur des centres d’intérêt du groupe bancaire panafricain Ecobank

Le groupe panafricain Ecobank a récemment organisé la tenue de sa 34e assemblée générale ordinaire à Abidjan sous le thème du marché unique et de ses opportunités. Adoptée en 2018 et officiellement entrée en vigueur en janvier 2021, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) suscite en effet de nombreuses attentes dans son implémentation, tant au niveau de la libre circulation des marchandises et des services que de celle des capitaux. Que peut apporter ce marché unique aux banques ? Eclairage avec Ecobank, couvrant déjà plus de 60% du continent africain.

Signe de l’intérêt de la Zone de libre échange continentale africain (ZLECAF) pour les promoteurs de services financiers, c’est sous le thème “Un marché unique, des possibilités infinies”, que le groupe Ecobank a décidé de réunir ses actionnaires pour sa 34e assemblée générale ordinaire, tenue en Côte d’Ivoire le 25 mai 2022. Avec une présence dans 33 pays du continent, le groupe bancaire panafricain voudrait encore faire mieux à partir des opportunités de la ZLECAf, entrée officiellement en vigueur en janvier 2021. 

“L’avènement de la Zone  d’échange libre est une opportunité intéressante pour maximiser les effets de l’intégration économique potentielle à l’intérieur de plusieurs zones africaines. Pour une banque comme la nôtre, c’est encore la bienvenue, compte tenu de notre situation panafricaine de fait, on est installés dans 33 pays dans lesquels on offre les mêmes services, parfois. Il est bien évident qu’on la vit déjà cette forme de panafricanisme à l’intérieur de la zone. Si on y ajoute une ouverture beaucoup plus concrète, en matière de mobilité des capitaux et des personnes, des projets communs, ça forcément la banque aura les moyens de pouvoir étendre son activité bancaire dans des pays qui auront les moyens d’être un peu plus connexes”. 

Alain KONTCHOU, PCA DU GROUPE ECOBANK

Des barrières restes cependant à lever pour permettre une libre circulation sur le continent d’après le groupe, notamment sur l’harmonisation des taxes, les questions monétaires et des aspects d’intégration économique.  

“Les défis comme toujours sont les défis qu’on peut avoir dans la logique d’une intégration économique, c’est-à-dire la circulation des personnes et des capitaux, les taxes. Il y a certainement des taxes qu’il va falloir harmoniser. Est-ce que tout d’un coup aujourd’hui on peut parler d’une monnaie unique ? Non! Comment  fait-on pour arriver à quelque chose qui permette les échanges plus accrus entre les pays et entre les villes propres dans ces pays même ? Ce sont des questions auxquelles il va falloir répondre. comment on régit un système fiscal qui puisse valoriser ce type d’intégration, ce sont des grandes questions auxquelles il va falloir que les Etats répondent”

Alain KONTCHOU, PCA DU GROUPE ECOBANK

Outre les enjeux sur la ZLECAf, le président du groupe Ecobank estime que la compétition des banques se joue déjà sur le terrain du digital et des services numériques, pour couvrir une plus grande clientèle et assurer l’inclusion financière des populations du continent. 

Agenda

Cameroun : réduction de consommation d’énergie des industries au profit des ménages

Le ministère camerounais de l’Eau et de l’Énergie appelle les industries locales  à revoir leur consommation d’énergie électrique. La mise en place de cette action contribue à mieux desservir des ménages évitant des coupures d’électricité pendant CAN 2021. Cette décision fait suite au délestage rencontré dans plusieurs périphérique du pays ce 23 janvier 2022, pendant le match Nigeria-Tunisie.

Congo-Pénurie du ciment : la Sonocc annonce la reprise de sa production dès le 31 janvier

Afin de couvrir la demande nationale en ciment, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) va relancer ses activités dès le 31 janvier 2022. En effet, la cimenterie est en arrêt d’activités car le téléphérique est en panne, et sous l’effet de la covid-19, la commande passée pour dépanner le téléphérique tardait à arriver. Rappelons que depuis mi 2021, seule la cimenterie Forspak fonctionnait  mais ne pouvait pas combler le besoin des populations. 

Afrique : le Nigéria et Sao Tomé renforcent leur collaboration en matière de défense

Les forces armées du Nigéria et de Sao Tomé-et-Principe se sont exprimées en faveur d’un engagement en matière de défense. La rencontre entre les deux chefs d’état-major de la Défense a porté sur le rôle des deux nations dans la sécurisation du golfe de Guinée.Il en ressort un engagement ferme à la résolution des  problèmes de piraterie et à d’autres formes de criminalité.

Tchad : le mouvement UFDD dément tout ralliement au CMT

En date du 24 janvier 2022, l’Union des forces pour la démocratie et le développement(UFDD) a démenti toute alliance avec le Conseil militaire de Transition(CMT). En effet, plusieurs orpailleurs se faisant passer pour des membres de l’UFDD essayent de se rallier au CMT.Cependant, l’UFDD dément cette information affirmant  que ce groupe ne fait pas parti de ses troupes. L’UFDD dit s’inscrire dans la logique du dialogue que les autorités de transition envisagent organiser. 

RD Congo : manifestation pour la levée de l’état de siège

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement de la République démocratique du Congo ont amené les populations à manifester ce 24 janvier 2022 contre les forces de l’ordre exigeant la fin de l’état de siège. Malgré un important dispositif sécuritaire mis en place depuis le 23 janvier 2022, les artères de la ville de Beni vibrent au son des tirs et des gaz lacrymogènes.Les organisations de la société civile appellent à un « dialogue entre les manifestants et les autorités de la ville ».

Burkina Faso : le président Roch Kaboré Marc Christian a démissionné ce lundi 24 janvier 2022

Dans un document manuscrit publié par la télévision publique (RTB), le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré annonce sa démission « dans l’intérêt supérieur de la nation », après deux jours marqués par des mutineries dans plusieurs casernes du pays. « Par la présente, et dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent depuis hier, j’ai décidé de déposer ma démission de mes fonctions de Président du Faso, chef du gouvernement, chef suprême des Forces armées nationales », lit-on dans la lettre publiée par la télévision nationale. Dirigée par Paul-Henri Sandaogo Damiba, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a revendiqué le coup d’Etat.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com