Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : nécessaire volonté politique pour l’implémentation des mécanismes antiterroristes

Depuis 2011, le terrorisme se répand sur le continent africain. En 2022, les cinq grandes divisions régionales de l’Afrique sont concernées par ce phénomène. L’Union africaine dispose d’instruments juridiques qui condamnent fermement ce fléau. Cependant, le manque de volonté politique entrave leur mise en œuvre.

Depuis 2011, le terrorisme étend ses tentacules meurtrières sur le continent africain. Selon l’ONU  la violence liée au phénomène de terrorisme en Afrique a augmenté de 10 % en 2021, atteignant un niveau record de plus 5 500 évènements attribués à ce fléau sur le continent. Ainsi en 2022, les cinq grandes divisions régionales de l’Afrique sont touchées par ce phénomène de la Libye au Mozambique et de l’Afrique de l’Ouest à la Corne de l’Afrique. Face au terrorisme devenu endémique, l’Union Africaine apporte une réponse axée sur la mutualisation des moyens de lutte au niveaux continentaux, régionaux et nationaux.

L’Afrique n’a pas tardé à réagir. à travers la constitution des forces communes de lutte telles que l’AMISOM devenue ATMIS en Somalie, où des troupes éthiopiennes, kényanes, ougandaises, burundaises et djiboutiennes, sont présentes depuis bientôt quinze ans. La Force mixte multinationale dans le Bassin du Lac Tchad où le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad ont mis en place cette force. La force conjointe du Sahel du G Sahel pour le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

Moussa FAKI MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union Africaine

Au vu de l’avancée effrénée des violences terroristes en Afrique, le continent fait figure de zone de non-droit pour des groupes extrémistes. Pourtant, l’Union Africaine dispose d’instruments juridiques qui condamnent fermement ce fléau. Reste cependant que le manque de volonté politique plombe leur implémentation.

Aux mesures opérationnelles s’est ajouté la réactivation par l’Union Africaine des instruments juridiques destinés à lutter contre le terrorisme tel que le Plan d’action sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, adopté en 2002 comme cadre opérationnel de la Convention de l’OUA sur la lutte contre le terrorisme adopté en 1999 et son protocole adopté en 2004. Il convient également de mentionner la Déclaration de Johannesburg sur l’initiative de faire taire les armes et la Feuille de route de l’UA sur les mesures pratiques pour faire taire les armes en Afrique à l’horizon 2020-2030.

Moussa FAKI MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union Africaine

Éradiquer le terrorisme du continent africain, c’est, selon des observateurs, une mission à trois volets qui incluent la prévention, la lutte et la stabilisation. Ainsi, des États membres de l’organisation panafricaine plaide pour la mise sur pied d’instruments juridiques et politiques chargés de l’évaluation des mécanismes de lutte antiterroriste africains.

On a décidé qu’il va falloir assurer le suivi. Donc, il y a un Conseil de ministres qui va être mis en place pour assurer le suivi, pour voir effectivement comment essayer de canaliser ce terreau et l’enlever.

Azali ASSOUMANI, Président de la République des Comores

L’indice mondial du terrorisme 2022 indique une augmentation des attaques terroristes. L’Afrique, considérée comme le nouvel épicentre du phénomène dans le monde, a enregistré 48% des décès liés au terrorisme. Par ailleurs, le Sahel abrite les groupes terroristes à la croissance la plus rapide et les plus meurtriers du monde. A noter toutefois, le déclin progressif des attaques du groupe Boko Haram dont les actes meurtriers ont baissé de 92 %, passant de 2 131 en 2015 à 178 en 2021, grâce notamment à l’action conjointe des forces militaires nigérianes, tchadiennes et camerounaises.

Agenda

Cameroun : réduction de consommation d’énergie des industries au profit des ménages

Le ministère camerounais de l’Eau et de l’Énergie appelle les industries locales  à revoir leur consommation d’énergie électrique. La mise en place de cette action contribue à mieux desservir des ménages évitant des coupures d’électricité pendant CAN 2021. Cette décision fait suite au délestage rencontré dans plusieurs périphérique du pays ce 23 janvier 2022, pendant le match Nigeria-Tunisie.

Congo-Pénurie du ciment : la Sonocc annonce la reprise de sa production dès le 31 janvier

Afin de couvrir la demande nationale en ciment, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) va relancer ses activités dès le 31 janvier 2022. En effet, la cimenterie est en arrêt d’activités car le téléphérique est en panne, et sous l’effet de la covid-19, la commande passée pour dépanner le téléphérique tardait à arriver. Rappelons que depuis mi 2021, seule la cimenterie Forspak fonctionnait  mais ne pouvait pas combler le besoin des populations. 

Afrique : le Nigéria et Sao Tomé renforcent leur collaboration en matière de défense

Les forces armées du Nigéria et de Sao Tomé-et-Principe se sont exprimées en faveur d’un engagement en matière de défense. La rencontre entre les deux chefs d’état-major de la Défense a porté sur le rôle des deux nations dans la sécurisation du golfe de Guinée.Il en ressort un engagement ferme à la résolution des  problèmes de piraterie et à d’autres formes de criminalité.

Tchad : le mouvement UFDD dément tout ralliement au CMT

En date du 24 janvier 2022, l’Union des forces pour la démocratie et le développement(UFDD) a démenti toute alliance avec le Conseil militaire de Transition(CMT). En effet, plusieurs orpailleurs se faisant passer pour des membres de l’UFDD essayent de se rallier au CMT.Cependant, l’UFDD dément cette information affirmant  que ce groupe ne fait pas parti de ses troupes. L’UFDD dit s’inscrire dans la logique du dialogue que les autorités de transition envisagent organiser. 

RD Congo : manifestation pour la levée de l’état de siège

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement de la République démocratique du Congo ont amené les populations à manifester ce 24 janvier 2022 contre les forces de l’ordre exigeant la fin de l’état de siège. Malgré un important dispositif sécuritaire mis en place depuis le 23 janvier 2022, les artères de la ville de Beni vibrent au son des tirs et des gaz lacrymogènes.Les organisations de la société civile appellent à un « dialogue entre les manifestants et les autorités de la ville ».

Burkina Faso : le président Roch Kaboré Marc Christian a démissionné ce lundi 24 janvier 2022

Dans un document manuscrit publié par la télévision publique (RTB), le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré annonce sa démission « dans l’intérêt supérieur de la nation », après deux jours marqués par des mutineries dans plusieurs casernes du pays. « Par la présente, et dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent depuis hier, j’ai décidé de déposer ma démission de mes fonctions de Président du Faso, chef du gouvernement, chef suprême des Forces armées nationales », lit-on dans la lettre publiée par la télévision nationale. Dirigée par Paul-Henri Sandaogo Damiba, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a revendiqué le coup d’Etat.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com