Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Bénin-Drame au CNHU : le procès des personnes arrêtées renvoyé au 22 novembre

Repris le 8 novembre 2022 au tribunal de première instance de Cotonou au Bénin, le procès des quatre personnes poursuivies pour homicide involontaire à la suite du décès de quatre patients admis au service de réanimation du Centre Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM) de Cotonou, a été renvoyé au 22 novembre 2022. Ceci en raison de l’ajout d’un nouvel élément dans le dossier par le ministère public. La défense dispose ainsi de 14 jours pour préparer sa plaidoirie. Les détails avec notre correspondant au Bénin.

Le chef de la division électricité du CNHU, un agent et deux électriciens d’une structure en charge du générateur d’oxygène du service d’anesthésie réanimation du CNHU, qui avaient été placés sous mandat de dépôt suite au décès de quatre patients survenus au CNHU le vendredi 7 octobre 2022, ont comparu mardi 08 novembre 2022 devant le juge au tribunal de première instance de Cotonou. Après une première audience le 25 octobre 2022, celle du 08 novembre n’est pas allée à son terme. Ceci en raison de l’apparition d’un nouvel élément dans le dossier. Il s’agit d’un rapport de la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE) sur réquisition du ministère public.

Je pouvais m’insurger autrement puisque les débats étant clos, une pièce qui vient encore au débat doit être discuté mais j’ai souhaité en attendant d’en prendre copie et que la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE) comparaisse à notre prochaine audience.

GUSTAVE ANANI CASSA, Avocat de la défense

Avec ce nouveau document, notamment  le rapport de la Sbee versé au dossier, le procès a été renvoyé au 22 novembre 2022. Suite à l’introduction du rapport de la Sbee dans le procès ouvert le 25 octobre 2022, le collectif des avocats de la défense a estimé que le principe du contradictoire doit être respecté. Une condition qui favorisera la consultation de ce rapport et l’interrogation  du concepteur. Des parents de victimes ayant décidé de porter plainte devant la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) se désolent de la manière dont le procès se déroule.   

La justice n’a qu’à faire son travail. Ce qui m’énerve vraiment, c’est que nous avons su qu’il y a eu coupure le 7 à 2h 52min. Selon nos informations, la coupure a eu lieu vers 2h 30 min et on nous fait comprendre que dans la journée du jeudi, il y a eu coupure. C’est là que c’est grave! C’est là que je parle de négligence des responsables de la direction du CNHU.

AUGUSTIN ADENIYI, Parent de victime

A noter que les parents des victimes plaident pour l’impartialité de la justice dans ce dossier. En dehors d’un communiqué du gouvernement présentant les condoléances du gouvernement aux familles éplorées, des parents de victimes n’ont reçu à ce jour aucune visite des autorités. Certains ont déjà procédé à l’inhumation de leur défunt. A l’instar des autres victimes, dame  Arielle Adeniyi, une professeure de langue française, âgée de 39 ans et veuve, a laissé deux enfants mineurs à la charge de ses parents.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com