Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Burkina faso : le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba appelle le capitaine Ibrahim Traoré à revenir à la raison

Après 24 heures après l’annonce de sa destitution de la magistrature suprême par un groupe de militaires burkinabè, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba est sorti de sa réserve. Il appelle le capitaine Ibrahim Traoré, à revenir à la raison pour éviter une guerre entre frères d’armes.

Dans un message de 112 mots publié sur la page officielle de la présidence du Burkina faso, le Lieutenant-colonel Damiba invite les mutins à œuvrer pour un retour à la paix. « J’appelle le Capitaine Traoré et compagnie à revenir à la raison pour éviter une guerre fratricide dont le Burkina Faso n’a pas besoin dans ce contexte », peut-on lire sur le message publié sur Facebook. 

L’État-major général des armées burkinabè a publié un communiqué ne reconnaissant pas le coup d’Etat. Selon lui, il s’agit d’une crise interne » et que les « concertations » se poursuivent avec la junte nouvellement au pouvoir. 

Invitant les populations civiles à rester calmes chez elles, Damiba a souligné que les événements tragiques que traverse le Burkina Faso en ce moment, « sont à l’origine de diffusion d’informations mensongères, savamment orchestrées et distillées dans le but de manipuler les populations en les instrumentalisant pour des causes étrangères et au détriment de l’intérêt supérieur de la Nation. Je démens formellement m’être réfugié dans la base française de Kamboincé. Ce n’est qu’une intoxication pour manipuler l’opinion. »

Dans une déclaration lue, le 1er octobre 2022 à la télévision publique, les putschistes avaient affirmé que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba « se serait réfugié dans la base militaire française » à Ouagadougou.

Deux jours après le coup d’État du 30 septembre, la situation reste confuse au Burkina Faso. Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, invite « les populations civiles à rester calmes chez elles ».

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com