Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Cameroun – Production agricole : 210 femmes rurales bénéficient de l’accompagnement du Groupe OCP

Le géant mondial agricole et de phosphate OCP préconise le renforcement des capacités des femmes rurales à l’effet de booster la production locale afin de lutter efficacement contre l’insuffisance alimentaire. En marge à la célébration de la 27 ème journée mondiale de la femme rurale, 210 femmes de la localité de Okola, banlieu situé à 25km de la capitale camerounaise ont recu des mesures d’accompagnement pour les encourager à s’impliquer davantage dans la production agropastorale.

L’insuffisance alimentaire demeure une entorse au développement de l’Afrique qui doit faire face à ses sévices, plus perceptibles en Afrique de l’Ouest et de l’Est. Au cameroun, où la sécurité alimentaire est principalement assurée par le secteur rural, porté par les femmes, les autorités et les acteurs au développements dont le géant mondial de la production de phosphate OCP, préconisent l’accompagnement et le renforcement des capacités des femmes rurales qui ont bénéficié d’accessoires, de sémences et de plants pour améliorer la productivité dans la localité d’Okola située à 25km de la capitale camerounaise.

Nous avons une sensibilité particulière pour les femmes, surtout ces femmes rurales qui œuvrent tous les jours et qui constituent l’essentiel du bassin de collecte. Aujourd’hui notre souci c’est d’apporter cet appui renforcer les capacités pour qu’elles puissent produire mieux et vivre de leur travail de façon décente et normale.

ERIC POKOSSY , Directeur pays OCP Cameroun

L’import substitution, un paris que compte relever l’OCP à travers la campagne d’accompagnement de 210 femmes rurales en marge de la journée mondiale de la femme rurale qui se célèbre le 15 octobre de l’année. Objectif, amener les femmes à davantage s’impliquer dans les activités agro-pastorales à l’effet de stimuler la production locale et de faire reculer  crise alimentaire pour in fine rééquilibrer la balance commerciale

Aujourd’hui il faudrait que les pays africains soient capables de se lancer dans l’auto-substitution. C’est à dire qu’il y a des cultures locales sur lesquelles on peut miser, transformer et obtenir des produits qui ont une certaine valeur.

ERIC POKOSSY , Directeur pays OCP Cameroun

Selon le Centre d’études stratégiques de l’Afrique, l’insécurité alimentaire extrême qui mine l’Afrique a progressé de plus de 60 % ces dernières années et menace de s’aggraver sous le cou d’autres facteurs comme les conséquences de la crise sanitaire de COVID-19 ou encore de la guerre en Europe de l’Est.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com