Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Côte d’Ivoire : 59 000 milliards de FCFA pour assurer la transformation économique du pays

La Côte d’Ivoire s’est dotée d’un Plan national de développement (PND) sur la période 2021-2025 évalué à 59 000 milliards de FCFA. Le pays a ainsi engagé beaucoup de réformes structurelles de grande ampleur avec l’objectif de créer un environnement sociopolitique stable, créer un cadre macroéconomique solide et une inflation maîtrisée. Les différents projets vont également contribuer à porter la croissance économique du pays à 7,65% en moyenne sur la même période.

Le Plan national de Développement PND 2021-2025 de la Côte d’Ivoire est évalué à 59 000 milliards de FCFA. Ce programme permettra la mise en oeuvre de grands projets dans les secteurs des infrastructures, de la sécurité, du transport, de l’économie numérique, des mines, de l’énergie, des hydrocarbures, de l’industrie, de l’agro-industrie, de l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement, du tourisme et des secteurs sociaux de base. Sa portée est la mise en œuvre d’une transformation socio-économique profonde et durable à travers le pays.

Le financement du plan national de développement 2021-2025 qui est axé sur une stratégie de mobilisation interne et externe des ressources.  La transformation structurale de l’économie ivoirienne, va alors être basée sur des opportunités de diversification, générant des emplois et des valeurs ajoutées additionnelles différentes de celle de la structure économique ivoirienne actuelle, si l’on se réfère au 6 piliers de ce plan national du développement.

Georgina SIABA, Analyste financière Côte d’Ivoire

Selon les autorités ivoiriennes, la promotion du secteur industriel est nécessaire pour bien mener cet ambitieux programme. A cet effet, l’exécutif envisage de mieux booster la transformation structurelle de l’économie qui s’appuie sur l’industrialisation durant les deux prochaines années.

On voit alors la nécessité de développer et stimuler le secteur privé en vue de son financement. Un secteur privé dynamique est un puissant moteur des créations d’emploi et non défendent d’une croissance économique durable est également un secteur d’innovation et de réduction de pauvreté. On voit alors la nécessité de développer et stimuler le secteur privé, en vue de son financement. Un secteur privé dynamique est un puissant moteur des créations d’emploi et l’un des fondements d’une croissance économique durable. C’est également un secteur d’innovation et de réduction de pauvreté.

Georgina SIABA, Analyste financière Côte d’Ivoire

A noter que 43 646,4 milliards de FCFA, soit 74% du Plan national de Développement PND 2021-2025 de la Côte d’Ivoire, doivent être financés par le secteur privé. Par ailleurs, le PND devrait favoriser la création de 4 millions d’emplois. 

Agenda

Cameroun : réduction de consommation d’énergie des industries au profit des ménages

Le ministère camerounais de l’Eau et de l’Énergie appelle les industries locales  à revoir leur consommation d’énergie électrique. La mise en place de cette action contribue à mieux desservir des ménages évitant des coupures d’électricité pendant CAN 2021. Cette décision fait suite au délestage rencontré dans plusieurs périphérique du pays ce 23 janvier 2022, pendant le match Nigeria-Tunisie.

Congo-Pénurie du ciment : la Sonocc annonce la reprise de sa production dès le 31 janvier

Afin de couvrir la demande nationale en ciment, la Société nouvelle des ciments du Congo (Sonocc) va relancer ses activités dès le 31 janvier 2022. En effet, la cimenterie est en arrêt d’activités car le téléphérique est en panne, et sous l’effet de la covid-19, la commande passée pour dépanner le téléphérique tardait à arriver. Rappelons que depuis mi 2021, seule la cimenterie Forspak fonctionnait  mais ne pouvait pas combler le besoin des populations. 

Afrique : le Nigéria et Sao Tomé renforcent leur collaboration en matière de défense

Les forces armées du Nigéria et de Sao Tomé-et-Principe se sont exprimées en faveur d’un engagement en matière de défense. La rencontre entre les deux chefs d’état-major de la Défense a porté sur le rôle des deux nations dans la sécurisation du golfe de Guinée.Il en ressort un engagement ferme à la résolution des  problèmes de piraterie et à d’autres formes de criminalité.

Tchad : le mouvement UFDD dément tout ralliement au CMT

En date du 24 janvier 2022, l’Union des forces pour la démocratie et le développement(UFDD) a démenti toute alliance avec le Conseil militaire de Transition(CMT). En effet, plusieurs orpailleurs se faisant passer pour des membres de l’UFDD essayent de se rallier au CMT.Cependant, l’UFDD dément cette information affirmant  que ce groupe ne fait pas parti de ses troupes. L’UFDD dit s’inscrire dans la logique du dialogue que les autorités de transition envisagent organiser. 

RD Congo : manifestation pour la levée de l’état de siège

Les nouvelles mesures prises par le gouvernement de la République démocratique du Congo ont amené les populations à manifester ce 24 janvier 2022 contre les forces de l’ordre exigeant la fin de l’état de siège. Malgré un important dispositif sécuritaire mis en place depuis le 23 janvier 2022, les artères de la ville de Beni vibrent au son des tirs et des gaz lacrymogènes.Les organisations de la société civile appellent à un « dialogue entre les manifestants et les autorités de la ville ».

Burkina Faso : le président Roch Kaboré Marc Christian a démissionné ce lundi 24 janvier 2022

Dans un document manuscrit publié par la télévision publique (RTB), le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré annonce sa démission « dans l’intérêt supérieur de la nation », après deux jours marqués par des mutineries dans plusieurs casernes du pays. « Par la présente, et dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent depuis hier, j’ai décidé de déposer ma démission de mes fonctions de Président du Faso, chef du gouvernement, chef suprême des Forces armées nationales », lit-on dans la lettre publiée par la télévision nationale. Dirigée par Paul-Henri Sandaogo Damiba, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) qui a revendiqué le coup d’Etat.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com