Gabon : réduction envisagée de 50 % ses émissions de GES d’ici 2025

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le Gabon mise sur un modèle de développement sobre en carbone. Conformément à cet objectif, le pays qui possède un important potentiel forestier ajuste sa stratégie de gouvernance, en passant par la mise en place d’une fiscalité verte. 

Taxer les activités et produits polluants pour décourager… Et inciter à l’adoption des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Selon l’administration fiscale gabonaise qui tient le nouveau projet de la fiscalité verte ou écologique, l’initiative va engendrer, des sources de revenus supplémentaires pour le Trésor public. Un changement capital, auquel les Gabonais devraient s’ajuster.

C’est dans le document de cadrage macroéconomique et budgétaire 2022-2024, élaboré par l’exécutif gabonais, que les contours de cette nouvelle politique sont définis… Celle-ci vise entre autres, l’analyse des finances publiques, l’identification d’options en vue de renforcer les liens entre les prélèvements verts et l’utilisation des impôts ‘’verts’’. L’utilisation de technologies consommatrices d’énergie y est aussi contrôlée, de même que la présence des grosses industries polluantes.

Niché dans le bassin du Congo, le Gabon, deuxième poumon vert de la planète, n’entend donc pas du tout compromettre son immense richesse. Face aux objectifs du développement durable fixés par les Nations unies, la budgétisation verte prônée prend tout son sens. Bien ficelée, elle permettra au Gabon de réduire de 50 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, et de préserver considérablement, ses forêts tropicales.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page
Feedback