Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Reportage : les étapes de production dans la cacaoculture en Côte d’Ivoire

La cacaoculture est une activité très prisée par les agriculteurs ivoiriens. Ce mode de production permet d’avoir des produits dérivés tels que le chocolat, la boisson ou le beurre de cacao. Ces produits suivent un mécanisme de transformation avant d’arriver à la vente. Découverte des différentes étapes de la transformation .

La Côte d’Ivoire est le plus grand producteur de cacao au monde. Année par année, le pays confirme son statut de puissance agricole avec 2 millions de fèves récoltées annuellement.  Aujourd’hui le défi reste au niveau de la transformation car l’industrie du cacao ne transforme qu’environ un tiers des fèves récoltées. Certains industriels comme Diakité cocoa se sont justement lancés dans ce défi de transformation grâce à la cacaoculture.  

La cacaoculture est le mode de production le plus dominant en Côte d’Ivoire. Selon le Conseil du Café-Cacao, la culture du cacao représente entre 15% et 20% du PIB en Côte d’Ivoire, où elle emploie près de 600.000 planteurs et fait vivre près du quart de la population, soit environ 6 millions de personnes. L’exploitation de cette culture nécessite une chaîne de travail qui va de la cueillette à la mise en vente.

Nous sommes à Moukoudi, un village situé dans la localité d’Alepe, à 45 kilomètres d’Abidjan. Dans cette plantation, les frères Diakité sont à pied d’œuvre pour récolter la noix de cacao. Il s’agit là du premier processus de production.

“Comme tous les jeunes, on se retrouve la plupart du temps à Assinie ou à Bassam. Nous on aime se retrouver au campement, au champ, être en contact avec la nature, surtout avec ces belles fèves qui font la fierté de la Côte d’Ivoire. Donc nous sommes engagés pour une jeunesse de cacaoculteurs.” 

Alassane Diakité , Président du conseil d’administration de Diakité Production

Les frères Diakité sont à la tête de Diakité cocoa production, une société spécialisée dans la transformation du cacao en produits semi-finis. L’entreprise a des plantations dans 8 villes de la Côte d’Ivoire et produit environ 10 000 tonnes de beurre de cacao par an. Pour les frères Diakité, la jeunesse ivoirienne doit s’accaparer de la richesse qu’est la cacaoculture. 

“Nous sommes sur une plantation de 35 hectares. Nous y venons avec des jeunes pour leur montrer sur toute la chaîne de valeur du cacao, comment se fait le schéma de la culture jusqu’à la transformation. Nous invitons les jeunes à s’adonner à la culture du cacao pour pérenniser cette culture”.  

Fousseni Diakité, Directeur général de Cocoa Diakité production 

Après la récolte de la fève, direction Abidjan pour procéder à la deuxième phase de production qui est la transformation. Diakité cocoa opère dans la production de masse, de beurre et de poudre de cacao. Son siège social se trouve dans la commune d’Abobo.

“C’est ici que commence l’industrialisation du cacao. Ici nous avons la ligne de nettoyage qui permet de nettoyer toutes les fèves de cacao et de débarrasser de tout ce qui est corps étranger. ça c’est la 1er étape”. 

Alassane Diakité, Président du conseil d’administration de Diakité cocoa production

La fève de cacao subit toute une série de transformations avant d’arriver à la forme souhaitée. La première étape de ce processus est la torréfaction, un mécanisme qui consiste donc à rôtir et à griller les fèves de cacao de manière douce et lente. Et ce, dans le but de libérer et de développer les arômes du cacao.

“Après la torréfaction c’est plus facile de séparer les fèves collées, enlever la coque. Quand les grabeaux sont séparés et que la peau est enlevée, on obtient ces brisures déjà torréfiées. Donc soit on les presse par extré leur soit on les broie directement. “  

Alassane Diakité, Président du conseil d’administration de Diakité cocoa production

Le deuxième processus d’industrialisation est le pressage. Les graines purifiés sont mis dans des machines qui vont presser jusqu’à obtenir l’huile de cacao.

“Quand la pâte est pressée, nous avons deux types de produits qui ressortent: le beurre de cacao et les tourteaux de cacao. Après le pressage, l’huile qui sort est sale. Il faut le rendre limpide en utilisant le filtre qui permet de bien filtrer le produit. ”  

Alassane Diakité, Président du conseil d’administration de Diakité cocoa production

Le liquide purifié est ensuite conduit dans un laboratoire pour contrôler le taux d’acidité. Après cette étape, il est ensuite transféré dans une chambre froide de moins de 30° pour ressortir solide. C’est la dernière étape de la transformation. 

“Quand le produit sort de la chambre froide, il devient solide et très rigide. C’est la particularité du beurre de cacao. C’est un produit qui est très résistant et il peut fondre à une température de plus de 30%. Il peut faire des jours dans des conteneurs à n’importe quelle destination sans même fondre”. 

Alassane Diakité, Président du conseil d’administration de Diakité cocoa production

Le beurre de cacao stocké est prêt à l’exportation. Plus de trois tonnes de beurre de cacao sont produits par jour et exportés dans le monde. Les pays de destination sont généralement ceux de la sous région et de l’Europe.        

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com