Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad – Dialogue national inclusif : le peuple appelle à la réconciliation nationale

Après l’ouverture officielle des assises du dialogue national inclusif, les Tchadiens se prononcent sur leurs attentes vis-à-vis de ce rendez-vous. Certains espèrent que de ce dialogue sortiront des résolutions qui permettront de tourner la page sombre et tumultueuse du pays. Ils estiment que les questions de la paix et des conflits armés doivent être abordées en priorité par les participants pour une réconciliation nationale, préalable à la refondation des institutions de la République.  

Au Tchad, les populations espèrent renouer définitivement avec la paix, à la faveur du dialogue national inclusif et souverain ouvert le 20 août 2022 à N’Djamena. Pour certains participants à cette rencontre, les assises du dialogue doivent déboucher inévitablement sur la réconciliation nationale et à la stabilité politique et sécuritaire. Ils espèrent que la volonté des autorités de la transition de pacifier le pays et de redynamiser les institutions de la république soit comprise et prise en compte pendant les assises.

“J’ose espérer que les politiques, les leaders d’opinion, la classe politique et la société civile puissent échanger librement sur les défis actuels et futurs du pays afin de jeter les jalons de la paix. Notre attente résulte du fait que les divergences méritent d’être aplanies pour que l’intérêt général des tchadiens prime.”

KOROM ACYL DAGACHE, Coordonnateur du mouvement citoyen Notre Tchad

Pour certains Tchadiens, ce dialogue national inclusif et souverain est une occasion de tourner la page de la décennie de violences et de la prise des pouvoirs par les armes. Ils espèrent que les résolutions de ce dialogue contribueront à élaborer une constitution forte et adaptée aux aspirations politiques, socio-économiques et culturelles des tchadiens.

“Nous en sommes convaincus que de ce dialogue sortira un Tchad victorieux des préjugés et que les haches de guerre seront définitivement enterrées. Nous n’avons pas d’autres choix et nous ne pouvons pas ignorer les aspirations légitimes des tchadiens qui veulent la paix.”

BLANCHARD LOUWADOMTI NGARDOMTI, Président de l’Union des jeunes nationalistes

Par ailleurs, de nombreuses organisations de la société civile et certains partis politiques ont appelé les autorités de la transition à relancer les négociations avec les acteurs qui hésitent encore à rejoindre le dialogue national inclusif pour l’intérêt national.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com