Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Tchad : la reconduction de la transition de 24 mois ne fait pas l’unanimité

Au Tchad, les questions de la forme de l’État, de la charte de la transition et l’éligibilité des dirigeants de la transition sont en débat au dialogue national inclusif et souverain. Si les participants sont unanimes pour l’adoption de la nouvelle constitution par voie référendaire, la proposition de la commission ad hoc pour le renouvellement de la transition pour 24 mois et la forme de l’Etat a suscité de vives tensions au sein de la plénière.

Au Tchad, la commission ad hoc mise en place par le Présidium du dialogue national inclusif et souverain propose de renouveler la transition pour une période à 24 mois. Elle estime que la première phase de la transition a permis aux autorités de renforcer la paix, l’unité nationale et la cohésion sociale. La seconde phase qui débutera après le dialogue sera consacrée à l’organisation des élections pour un retour à l’ordre constitutionnel. Une proposition qui n’a pas fait l’unanimité pendant les assises.

“Donner encore 24 mois au Président du CMT qui devient Président de la Transition et avec tous les pouvoirs notamment le pouvoir de désignation et de révoquer le Premier Ministre et les membres du gouvernement, le pouvoir d’avoir à sa disposition toutes les forces de défenses et de sécurité ainsi que de nommer les présidents des grandes institutions, n’est pas une décision réfléchies et honorable.”

GOTINGAR SERGE MANASSE , Analyste politique

Au titre de la forme de l’Etat et du débat contradictoire qu’elle a suscité lors des assises entre les participants du dialogue national inclusif et souverain, la commission a suggéré de laisser le peuple se prononcer par voie référendaire sur le choix entre le Fédéralisme et l’État unitaire décentralisé. Certains accusent les élites au sommet de l’Etat de profiter de la forme actuelle de l’Etat qui est à mi-chemin entre l’Etat unitaire et la décentralisation.

“La question de la forme de l’Etat est une question très sensible. Il y a un groupe de partisans de l’Etat unitaire qui ne vivent que sur le dos de l’Etat, défendent par tous les moyens cette forme actuelle. Pourtant la grande majorité souhaite expérimenter le fédéralisme n’est pas d’accord pour cette conception de l’Etat hérité de la colonisation.” 

GOTINGAR SERGE MANASSE, Analyste politique

Par ailleurs, la commission a proposé un mandat présidentiel de six ans renouvelable une seule fois et sans possibilité de modifier cette disposition même par voie législative et référendaire. Elle propose également la dissolution du Conseil militaire de transition et un statut particulier pour ses membres pour les services rendus avec la possibilité d’être éligibles aux prochaines élections.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com