Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : 320 000 employés recensés  dans le secteur des énergies propres en 2023

En 2023, le nombre d’emplois dans les énergies renouvelables en Afrique a légèrement diminué de 0,6%, passant de 322 000 à 320 000. Cette baisse s’explique par le manque de production locale d’équipements liés aux énergies renouvelables. Cependant, le Kenya et le Nigéria prévoient une augmentation des emplois indirects dans ce secteur. Les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté de 44% en cinq ans pour atteindre 13 milliards de dollars en 2021, et la capacité installée d’énergies renouvelables en Afrique a augmenté de 18% pour atteindre 63 034 MW en 2022.

Le nombre d’emplois dans le domaine des énergies renouvelables est en baisse en 2023 sur le continent africain. L’Afrique représente 2,3% des emplois mondiaux dans le domaine des énergies propres. La réduction des emplois dans ce secteur s’est évaluée à 0,6%, passant de 322 000 à 320 000 selon des données de l’Organisation internationale du travail (OIT). Des experts justifient cette baisse par le fait que l’Afrique ne produise pas d’équipements liés aux énergies renouvelables comme les panneaux solaires, les éoliennes ou les turbines hydrauliques, induisant ainsi une limitation des emplois directs dans ce segment.

Nous importons les consommables des pays comme la Chine. La Chine ne fait pas le transfert de technologie vers l’Afrique afin que puissions produire dans des usines parce que la Chine veut créer des emplois en Chine. Ce qui est tout à fait normal.

Hughe NKOUTCHOU, ÉconomisteCameroun

Le Kenya et le Nigéria annoncent une hausse des emplois indirects dans les énergies renouvelables en 2023. Dans ces deux pays, 58000 et 76000 emplois seront créés dans le secteur respectivement. Pour les autorités nigérianes, l’objectif est d’égaler le nombre d’emplois dans le secteur gazier et pétrolier. L’OIT préconise que les pays africains investissent davantage dans la formation afin que la main-d’œuvre locale corresponde à l’évolution de la demande.

L’Afrique représente 0,1% des brevets dans le monde entier. C’est très peu. La clé réside dans la recherche et le développement. La formation, oui, mais il faudrait surtout l’associer à la recherche et au développement.

Hughe NKOUTCHOU, ÉconomisteCameroun

Les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté de 44% en cinq ans pour atteindre 13 milliards de dollars en 2021sur le continent, tandis que la capacité installée d’énergies renouvelables en Afrique a augmenté de 18% s’établissant à 63 034 MW en 2022.

Agenda

Impossible de recevoir des informations à propos de ce blog en ce moment.

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com