Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Djibouti : 15 millions USD de la Banque mondiale pour améliorer l’accès à des logements abordables

L’Etat de Djibouti a bénéficié le 11 janvier 2023 d’un financement de 15 millions USD pour renforcer l’accès à des logements abordables. Le Fonds pour les pays les plus pauvres de la Banque mondiale vise à élargir l’accès à des logements abordables à Djibouti, où la croissance démographique et l’urbanisation rapide rendent l’accession à la propriété difficile. Le projet développera le marché hypothécaire au profit des ménages à faible revenu. D’après l’institution de Bretton Woods, près de 2 000 ménages à revenus faible et moyen devraient bénéficier du projet, et environ 450 ménages pauvres devraient avoir accès à un financement pour construire eux-mêmes leur maison.

Djibouti recevra 15 millions de dollars de la Banque mondiale pour aider les familles à faibles revenus à accéder à un logement abordable. Une population urbaine en croissance rapide a augmenté le besoin de logements à Djibouti. Avec un accès limité aux prêts hypothécaires, les familles à faible revenu font face à de nombreux défis pour devenir propriétaires. Un nouveau projet de la Banque mondiale vise à enrayer ce problème.

Le financement de la banque mondiale arrive à point pour le gouvernement djiboutien; il va booster la politique d’accès au logement décent pour les populations les plus pauvres, soutenir l’offre de micro- financement en matière d’accès au logement décent et surtout il permettra aux autorités avec le soutien des bailleurs privés de mettre en place des solutions de financement innovantes.

Cyr MAKOSSO, Analyste politique RD Congo


Le nouveau projet, qui élargit l’accès à des logements abordables, vise à faciliter la microfinance du logement et à faciliter la conversion des contrats de location-achat en prêts hypothécaires.

Quant aux politiques à mettre en place, il faut souligner qu’il faut déjà que les autorités puissent continuer les politiques d’accès aux logements existants mis en place depuis des années, mais qui peinent à profiter aux populations urbaines. Et pour cela, le concours des bailleurs privés est nécessaire. Une deuxième politique qu’il faut mettre en place est surtout celle liée aux réformes. Il faudra des réformes audacieuses qui permettront d’une part aux ménages défavorisés de bâtir leur propres habitation et d’autre part de réduire les coûts de constructions qui sont aujourd’hui onéreux à Djibouti. 

Cyr MAKOSSO, Analyste politique RD Congo

Selon les données de la Banque mondiale, 78% de la population djiboutienne vit actuellement en zone urbaine, et cette population croît d’environ 4,2% chaque année. La croissance démographique et l’urbanisation rapide augmentent la demande de logements à Djibouti, et la demande toujours croissante marginalise les ménages à faible revenu.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com