Kenya : plaidoyer pour l’intégration de plus de 500 000 réfugiés

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Grâce au président kényan Uhuru Kenyatta, les réfugiés domiciliés au Kenya bénéficient d’une mise à jour de leur statut. Entre autres depuis le 17 novembre, la nouvelle loi garantit l’obtention de permis de travail aux réfugiés pour accéder au marché du travail ; elle prévoit également que le haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et d’autres organisations internationales accordent une attention particulière au sort des femmes, des enfants et des personnes handicapées. 

Depuis 2020, les sites de Dadaab et Kakuma au Kenya abritent plus de 500 000 réfugiés. Conscient de la crise politique au Soudan du Sud et en Somalie, le président Kényan Uhuru Kenyatta a décidé que les étrangers bénéficiant du statut de réfugié au Kenya peuvent désormais, s’intégrer dans la société et participer au développement économique et social conformément à la loi approuvée le 17 novembre 2021.

La nouvelle loi propose l’utilisation partagée des équipements sociaux tels que les écoles et les hôpitaux, garantit l’obtention de permis de travail aux réfugiés pour accéder au marché du travail. En outre, le gouvernement kényan facilite l’accès aux documents requis qui garantiront que les réfugiés sont légalement capables d’entreprendre des activités économiques et sociales.

La mise en place de cette loi favorise le devenir des femmes, des enfants et des personnes handicapées à travers l’implication d’organisations internationales. Pour rappel, jusqu’au 17 novembre dernier, la loi sur le statut des réfugiés stipulait que est perçu comme « intégré » un réfugié lorsqu’il devient citoyen par naturalisation ou lorsqu’il bénéficiait d’un statut juridique spécifique.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com