Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Le taux directeur de la BCEAO passe de 2,50% à 2,75% en décembre

Dans sa dernière session ordinaire de l’année 2022, le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a décidé, le 9 décembre 2022, de relever de 25 points de base les taux directeurs de la Banque centrale, à compter du 16 décembre 2022. Ainsi, le principal taux directeur auquel la Banque centrale prête ses ressources aux banques passe de 2,50% à 2,75%. La mesure a été prise pour limiter l’impact sur l’inflation et assurer la stabilité monétaire. 

Dans un contexte caractérisé par une inflation élevée, cette hausse du Comité de politique monétaire de la Bceao, la troisième de cette année, s’inscrit dans le cadre de la normalisation graduelle de la politique monétaire entamée depuis juin 2022. Elle devrait contribuer à ramener progressivement l’inflation dans l’intervalle cible de la Banque centrale,  de 1% à 3% sur le moyen terme. 

“Le comité de politique monétaire a  décidé de relever ses taux directeurs de 0,25 points de base. Ce qui fait que le taux d’intervention de la Banque centrale, c’est-à-dire le taux auquel la banque centrale prête de l’argent aux banques commerciales, passe de 2,50 % à 2,75%. Il s’agit de la poursuite de la normalisation de la politique monétaire. C’est la poursuite de la dynamique initiée en juin 2022 qui a été décidée aujourd’hui.”

Jean-Claude Kassi Brou, Gouverneur de la BCEAO

Le  taux d’inflation  dans l’Union monétaire ouest-africaine, en hausse depuis plusieurs mois, a atteint 8,4% en octobre 2022. Cette évolution est due essentiellement au renchérissement des produits alimentaires de grande consommation et du transport suite à l’envolée des cours du pétrole sur le marché mondial. D’où la nécessité pour le gouverneur de la BCEAO de faire en sorte que l’inflation baisse. 

“Il est important que nous puissions faire en sorte que l’inflation baisse afin que les taux de crédits que les banques donnent à leur clients n’intègrent pas une inflation à moyen et long terme. parce que si c’est le cas, les taux d’intérêts seront encore plus élevés aux clients. Donc, l’inflation est un élément clé qu’il faut absolument faire baisser et c’est le rôle et la responsabilité de la BCEAO.”

Jean-Claude Kassi Brou, Gouverneur de la BCEAO

Par ailleurs, la liquidité bancaire dans l’Union reste adéquate et les crédits octroyés à l’économie par le secteur bancaire ont augmenté de 16,5% à fin octobre 2022. Au cours des mois à venir, le Comité de politique monétaire de la BCEAO prendra, si nécessaire, les mesures idoines pour assurer la stabilité monétaire.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com