Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Libye : l’Onu appelle à la création d’un environnement propice aux élections

En Libye, la Commission militaire mixte (5+5) a conclu sa réunion, qui a réuni plusieurs responsables militaires et sécuritaires des régions de l’ouest, de l’est et du sud et du Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye. Abdoulaye Bathily a appelé les chefs militaires libyens à créer un environnement propice aux élections prévues avant  fin 2023.  

En Libye, le chef de la Mission d’appui des Nations Unies, Abdoulaye Bathily, a appelé lors de son discours à la réunion de la Commission militaire mixte (5+5) à Benghazi, les chefs militaires et de sécurité, à faire preuve d’engagement pour la création d’un environnement propice aux élections et au retour en toute sécurité des personnes déplacées et la libération des détenus. 

“ Nous savons tous que la résolution complète de la crise libyenne et de l’impasse politique actuelle nécessite du temps, de la persévérance et de la patience. Cependant, je suis sur que votre coordination et votre coopération continues représente une  excellente occasion de maintenir le dialogue, de renforcer la confiance, et d’échanger des vues sur la manière de fournir une base solide pour une résolution politique qui aboutit à la résolution de la crise libyenne en créant un environnement propice à des élections inclusives libres et équitables en 2023”

ABDOULAYE BATHILY, Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, Sénégal 

En plus de la facilitation, et de l’adoption du cadre juridique pour la tenue d’élections en 2023, l’initiative, clairement détaillée par le chef de la Mission d’appui des Nations Unies, est également destinée à fournir une plate-forme pour faire progresser le consensus sur des questions connexes. 

“La création d’un environnement propice au bon déroulement des élections appelé par   le représentant spécial du secrétaire général de  l’ONU peut passer par premièrement  la réunification rapide des deux grands états majors militaires  du pays qui s’affrontent, deuxièmement le désarmement forcé ou négocié des milices armées qui sont rattachées souvent à l’un ou l’autre des deux grands états majors, troisièmement on peut envisager l’organisation des procès pour les chefs de guerre reconnus coupables des crimes de guerre et de crime contre l’humanité comme mesures dissuasives de reprise des armes et quatrième point il faut absolument que l’on aborde la question des mercenaires, ces combattants militaires  d’origine étrangère     qui viennent donc entretenir et alimenter cette confusion armée à l’intérieur du territoire libyen .”

JEAN DELORS BIYOGUE , Politologue , Gabon

Il est à noter que les participants à cette réunion, ont exprimé leur plein attachement aux conclusions du dialogue entre la Commission militaire mixte 5+5 et les responsables militaires et sécuritaires à Tunis et Tripoli. Ils réaffirment également leur soutien à la sécurisation de toutes les étapes des élections. 

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com