Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

77ème assemblée de l’ONU : le Président du Niger, Mohamed BAZOUM, interpelle les Nations Unies sur l’insécurité et la criminalité transnationale dans la région du Sahel

Le Président de la République du Niger Mohamed BAZOUM a pris part à la 77è Session de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui se tient jusqu’au 26 septembre 2022 à New York. Abordant la stabilité continentale, plus précisément sahélienne, menacée par les effets climatiques, l’insécurité et la criminalité transnationale, le chef d’Etat n’a pas manqué de rappeler le rôle de la communauté internationale et les priorités de son pays en matière de développement.

Inquiet de l’ampleur de l’évolution climatique aux effets dégradants sur le continent africain et au Sahel, le président Mohamed BAZOUM est intervenu à la 77ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il a relevé que des limites avaient été atteintes ou dépassées, accentuant le phénomène du dérèglement climatique qui plonge les populations dans l’aggravation de l’insécurité alimentaire, facteur de déplacement et  de sécheresses récurrentes. 

“Au Sahel, l’ensemble géographique auquel appartient mon pays, les changements climatiques, qui influencent négativement les activités agricoles et pastorales ainsi que les ressources en eau, sont également la cause de sécheresses extrêmes, de pluies diluviennes et d’une augmentation des températures supérieure à la moyenne mondiale. C’est pourquoi le Niger accorde une attention particulière à l’initiative africaine de « la Grande Muraille Verte», qui s’inscrit dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Mohamed Bazoum – Président de la République, Niger

En proie aux menaces terroristes depuis la chute du régime libyen en 2011, la zone du Sahel est sujette à une instabilité sécuritaire s’étendant vers les pays du Golfe de Guinée. Ceci avec la chute de plusieurs gouvernements démocratiquement élus. Le Niger décrit le renforcement de la démocratie comme un idéal, pour conjurer les effets de la violence terroriste. Toutefois selon le président Mohamed BAZOUM, il urge de renforcer les moyens de l’armée et de réajuster les stratégies de la communauté internationale en matière de lutte contre les trafics transsahariens.

“En dépit des pesantes contraintes liées à ce contexte, mon pays fait preuve d’une grande résilience basée sur une gouvernance toute de sagesse, promouvant la culture de la tolérance et de la cohésion entre les communautés ainsi que les règles de la démocratie et de l’Etat de droit. Notre expérience prouve s’il en est besoin que la voie la plus sûre pour conjurer les effets de la violence terroriste c’est de renforcer la démocratie. La guerre contre le terrorisme nous impose en ce moment de consacrer des ressources importantes destinées à l’accroissement des effectifs de nos forces, à l’acquisition d’équipements adéquats et au renforcement des capacités de nos soldats.”

Mohamed Bazoum / Président de la République, Niger

Sur le volet social, le président Mohamed BAZOUM a rappelé les priorités de son pays. Le rééquilibrage des statistiques démographiques en rapport avec l’indice de fécondité de sept enfants par femme et un âge de première maternité inférieur à 15 ans pour 50% des nigériennes. Remédier par ailleurs au difficile accès des filles à l’éducation et à l’amélioration de la formation des enseignants reste l’un des défis de développement du Niger.   

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com