Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : la zone de libre échange continentale, un atout pour les femmes

Pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin, le Club de développement du groupe Attijariwafa Bank a lancé le programme Stand up for women entrepreneurs. Le groupe bancaire qui veut accompagner les femmes entrepreneures en zone Cemac, comptent mettre celles-ci au fait des réalités de la Zone de libre échange continentale africaine.

La Zone de libre échange continentale africaine malgré son entrée en vigueur le 1er janvier 2021, n’a pas encore été assimilée par toutes les strates qui font l’économie du continent. Si les décideurs au niveau des Etats semblent cerner tous ses contours ou presque, ce n’est pas encore le cas des femmes, actrices des Très petites entreprises (TPE), très importantes dans la stratégie du Club Afrique développement du groupe Attijariwafa bank. 

Quand vous discutez avec une entreprise qui gère sa PME ou qui gère sa réalité quotidienne, il est difficile de pouvoir trouver chez elle le langage du business traduit par rapport aux bénéfices qu’apportent la Zone de libre échange.

Mouna Kadiri, Directrice du Club Afrique développement du groupe Attijariwafa Bank Maroc

Dans sa démarche pour inscrire ses partenaires dans la réalité de la Zone de libre échange continental africaine, le Club Afrique développement opte pour la pédagogie. L’idée est d’emmener progressivement différents acteurs, à assimiler les codes de cet instrument qui promet de gros avantages à travers les échanges intra-africains.

Aujourd’hui en revanche notre responsabilité est de rappeler ce qu’apporte cette  Zone de libre échange au niveau des entreprises, pour les pousser à emprunter les corridors qui sont ouverts aujourd’hui pour pouvoir booster le business intra-africain. Les analyses et les dispositions prises indiquent que ce sera majeur en termes de conséquences, mais nous n’en sommes qu’au début. 

Mouna Kadiri, Directrice du Club Afrique développement du groupe Attijariwafa Bank Maroc

En développant des chaînes de valeur régionales, à l’exemple de l’automobile, l’agro-industrie, la pharmacie… Il y a de quoi tirer parti de ce marché d’1,3 milliard d’habitants, avec un PIB combiné à ce jour, d’environ 3,4000 milliards USD. Les femmes entrepreneurs comptent y apporter leur part, et tirer les avantages qui en découleront.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com