Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique centrale : les Nations unies plaident pour le renforcement de la coopération afin de préserver la paix et la sécurité

L’Afrique centrale reste confrontée à de multiples crises. Entre menaces terroristes, problèmes liés aux changements climatiques, conflits intercommunautaires, migration du fait de la rareté des terres arables, les populations voient leur quotidien chamboulé. Pour l’ONU, pour affronter ces défis de paix et de sécurité, il est nécessaire de renforcer la coopération entre la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et d’autres organisations régio­nales ou partenaires clés. C’est le plaidoyer que continue de faire le Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale.

Dans le combat pour le maintien de la paix, l’importance d’une Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale forte est nécessaire, estime le Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (UNOCA). Dans une interview accordée à Africa24, Samuel Gahigi, directeur des Affaires politiques de l’UNOCA, souligne que l’objectif est d’aider ses États membres à relever les nombreux défis auxquels l’Afrique centrale est confrontée, y compris le terrorisme et l’extrémisme violent, l’insécurité maritime dans le golfe de Guinée, la faible participation des femmes aux processus de paix et aux processus politiques, ainsi que l’impact du changement climatique sur la paix et la sécurité.  

On voit de plus en plus que ces changements climatiques provoquent le déplacement des populations, provoquent aussi une pression foncière qui de fait et crée potentiellement des conflits. On parle beaucoup de  conflits intercommunautaires souvent dans les zones frontalières, dans les zones périphériques des pays. On parle de conflits entre agriculteurs et éleveurs. Tout cela je dirai ne peuvent être complètement dissocié de l’impact des changements climatiques.

Samuel Gahigi, Directeur des Affaires politiques de l’UNOCAFrance

Le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale œuvre à donner la priorité à la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, où la criminalité maritime organisée demeure une menace pour la sécurité de l’État et des personnes, malgré une diminution globale des actes de piraterie. Sur un autre front, l’impact des changements climatiques exacerbe les tensions entre les communautés en Afrique centrale, en raison de la raréfaction des ressources naturelles. 

La communauté économique pour les Etats de l’Afrique centrale, également la CEMAC dans la sous-région, la Conférence internationale sur la région des Grands lacs qui est aussi un de nos partenaires, sont autant d’entités avec lesquelles on travaille étroitement pour justement avoir la même lecture des dynamiques politiques, sécuritaires et économiques aussi dans la sous-région et voir comment elles affectent la paix et la stabilité. 

Samuel Gahigi, Directeur des Affaires politiques de l’UNOCAFrance

Boko Haram et l’État islamique en Afrique de l’ouest et centrale semblent, selon les spécialistes de questions sécuritaires, avoir été affaiblis par les opérations militaires, ainsi que leurs propres luttes intestines. Pour autant, l’accroissement du soutien international aux efforts nationaux et régionaux visant à les vaincre reste constant.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com