Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Bénin : les ex-détenus d’opinion appellent à la libération des prisonniers politiques

Au Bénin, à moins de trois mois des législatives du 08 janvier 2023, des ex détenus politiques appellent à la libération des prisonniers politiques encore en détention dans les maisons d’arrêts et correctionnels du pays, et au retour au bercail des exilés politiques. A cet effet, il a été mis sur les fonts baptismaux le Collectif des détenus politiques et d’opinion CDPO, pour défendre les droits de leurs pairs encore incarcérés et plaider la cause des exilés politiques.

Réunis au sein d’un Collectif des détenus politiques et d’opinion CDPO, des ex-détenus politiques plaident la libération des prisonniers politiques encore en détention au Bénin, et au retour des exilés politiques. Mis sur pied le 15 octobre 2022, le collectif CDPO se veut être un cadre destiné à restaurer l’honneur des détenus politiques. Interpellés pour la plupart dans le cadre des contestations politiques qui ont commencé depuis les législatives de 2019 au Bénin, ils ont été présentés au procureur spécial de la Criet pour des infractions qu’ils auraient commises puis incarcérés. Après plusieurs mois de détention provisoire, certains ont été libérés suite au dialogue politique de 2019 et d’autres mis en liberté provisoire en 2022 aux lendemains des contestations électorales de la présidentielle de 2021.

Le 7 juin jour pour jour j’ai perdu mon feu mari en étant à la prison civile de Cotonou ; j’ai eu trois enfants avec lui, lui même en avait une ça fait quatre. J’ai tellement pleuré, j’ai demandé à aller à l’enterrement parce que c’est un musulman, il fallait l’enterrer le lendemain, on ne m’a pas accordé ça.

NEVIA ADAMMADO, Ex détenue

Le Chef de l’Etat n’a qu’à voir tout ça et voir que c’est des vies qui sont en train d’être détruites, des gens qui meurent à petit feu à cause de cette situation, des gens qui perdent tout une famille, des gens qui perdent leurs boulots, des gens qui peut être quand ils vont sortir au bout du rouleau n’auront plus rien et ils auront tout à reprendre à zéro.

Des ex-détenus dénoncent la violation de leurs droits essentiels en prison. Certains ont perdu leur emploi, des familles ont été disloquées et des vies sociales ont été perturbées. La création du Collectif des détenus politiques et d’opinion intervient dans un contexte où la loi portant suspension d’exécution de peine par le Chef de l’Etat a été votée par le Parlement. Cette loi permet désormais à des détenus de bénéficier d’une suspension de peines pour des raisons humanitaire ou sociale.

MIKPON JANVIER GANDONOU, Ex détenu

Pourquoi ne pas renforcer le pouvoir des juges dans le cadre. Si on veut décider de suspendre des peines, on peut confier ce travail au juge, pourquoi le donner au Président de la République. Moi ça me pose un problème à ce niveau là, qu’on subjectivise et qu’on politique et qu’on personnifie en fait la question de la liberté des personnes et la question surtout de la détention carcérale des personnes dans notre pays.

NOUROU DINE SAKA SALEY, Juriste – consultant

A noter que le Collectif des détenus politiques et d’opinion CDPO entend s’organiser pour le respect des droits et la libération des prisonniers politiques au Bénin. Par ailleurs, le CDPO appelle à la prise de dispositions légales pour faciliter le retour des exilés politiques.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com