Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

La BAD valide la création de la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique

Le conseil d’administration de la BAD a validé lundi 27 juin la création de la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique, organisme qui s’engage à accompagner les acteurs du secteur dans la mise sur pied d’une industrie du médicament sur le continent.

La Banque africaine de développement a validé le 27 juin la création  de la Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique. Une réponse durable aux manquements observés sur le continent depuis des années en matière de prise en charge sanitaire et amplifiés avec la pandémie de Covid 19. Globalement, cette nouvelle structure va faciliter l’accès du continent aux technologies de fabrication de médicaments, de vaccins et d’autres produits pharmaceutiques avec un accent particulier également sur le renforcement des compétences humaines dans le secteur de la santé et du milieu de la recherche suivant les normes de l’OMS.

« Même avec la décision de l’Organisation mondiale du commerce sur la dérogation aux accords ADPIC, des millions de personnes meurent – et continueront très probablement de mourir –, faute de vaccins et de protection efficace. La Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique offre une solution pratique et va permettre de faire pencher en faveur de l’Afrique l’accès aux technologies, aux connaissances, au savoir-faire et aux processus jusque-là exclusifs ».

Akinwumi Adesina, Président de la BADNigéria

Selon la Banque africaine de Développement,  L’Afrique importe annuellement pour près de 14 milliards de dollars de  médicament, soit plus de 70 % de l’ensemble de ses besoins dans ce segment. Ainsi à travers  son plan d’action pharmaceutique « Vision 2030 », la BAD souhaite réduire cette facture, elle a en effet prévu  de  consacrer 3 milliards de dollars au moins au cours des 10 prochaines années à la fabrication de produits pharmaceutiques et de vaccins sur le continent. Une réponse au plaidoyer lancé par les chefs d’Etat africain lors du sommet de l’union Africaine de février 2022.

Si en tant que continent nous continuons d’avoir ce grand débat sur les soins de santé et leur importance, mais nous ne pouvons pas nous réunir et ratifier certaines règles de base qui nous permettront de normaliser nos procédures afin que nous puissions avoir accès à nos propres entreprises capables de produire, alors nous ne sommes pas honnêtes dans les débats. 50% de la mortalité infantile dans le monde se produit en Afrique, à cause de la pneumonie, la diarrhée, la tuberculose ou encore le paludisme. Des maladies curables, le plus gros problème c’est l’accès aux médicaments.

Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission Économique pour l’Afrique

La Fondation africaine pour la technologie pharmaceutique, qui sera basée au Rwanda, est prévue pour fonctionner en toute indépendance, avec un système de financement bâti en partie sur la collecte  des fonds auprès des gouvernements, institutions de financement du développement et organisations philanthropiques. Elle devrait à moyen terme améliorer la part de l’Afrique dans la production pharmaceutique à l’échelle mondiale, part estimée aujourd’hui à seulement 3%.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com