Libye : vers le rapatriement de 300 mercenaires et combattants étranger

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le commandement de l’Armée nationale libyenne a décidé de faire partir 300 mercenaires et combattants étrangers des zones sous leur contrôle. Une mesure qui intervient alors qu’une conférence internationale sur la crise libyenne s’est ouverte vendredi 12 novembre à Paris dont l’objectif est d’empêcher le report des élections prévues le 24 décembre pour ainsi éviter un retour à la case départ.

Trois cents « mercenaires et combattants étrangers » des zones contrôlées par Khalifa Haftar dans l’Est libyen, vont être rapatriés. Ces départs se feront en coordination avec leurs pays et la mission d’appui de l’ONU en Libye. Une annonce faite par le commandement de l’Armée nationale libyenne. Selon les dernières estimations de l’ONU, plus de 20.000 mercenaires Russes, syriens, tchadiens, soudanais ainsi que des militaires turcs se trouvent en Libye.

L’accord de cessez-le-feu d’octobre 2020 prévoyait le départ simultané des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais aucun retrait significatif n’a été signalé depuis. Cette annonce intervient alors qu’une conférence sur la crise libyenne co-présidée par la France, la Libye, l’Allemagne, l’Italie et l’ONU se tient actuellement à Paris pour consolider les acquis

Ces dernières semaines, les tensions n’ont eu de cesse de grandir sur fond de polémique sur la loi électorale publiée par le président de l’Assemblée nationale. Mais cette démarche, très attendue, a été contestée par d’autres institutions politiques comme le Haut Conseil d’État (HCE) et un groupe de 22 députés qui reprochent à Aguila Saleh de ne pas avoir soumis le texte à un vote parlementaire. Une situation que la Conférence de Paris va tenter de résoudre en vue de la tenue à bonne date de l’élection présidentielle du 24 décembre.

NewsExpress

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com