Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Mali : plaidoyer pour la levée des sanctions économiques et financières

Le gouvernement malien s’insurge contre le non-respect du verdict de la Cour de la justice de l’Uemoa demandant la suspension des sanctions économiques et financières contre le Mali. Pour la Cedeao et l’Uemoa, les sanctions appliquées au Mali ne peuvent être levées faute d’accord sur le calendrier de transition. Une décision qui amène le Mali à interpeller la communauté internationale sur le respect des décisions de son propre organe de contrôle juridictionnel.

Le 24 mars 2022, la Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a ordonné la levée de suspension des sanctions économiques et financières prises le 9 janvier contre le Mali par la Cedeao et l’Uemoa. Malgré la décision de la Cour de justice de l’Uemoa, les sanctions restent toujours en vigueur, provoquant l’indignation des autorités maliennes qui voient en ces décisions, un acharnement contre le peuple malien.

Nous pensons que ces sanctions devaient être immédiatement levées par la conférence des chefs d’Etats parce que ce sursis-là n’est d’ailleurs suscepte d’aucun recours. A partir du moment ou la cours de justice dit qu’il faut stopper même la cedeao devrait lever cette mesure je crois que ce n’est pas à ça que nous avons assisté et ces mesures sont maintenues injustement et ca affectent les populations.

Abdoulaye Diop, Ministre des affaires étrangères Mali

En riposte aux sanctions de la Cedeao, le Mali a engagé deux procédures par devant la Cour de justice de l’UEMOA aux fins d’annulation au fond et de sursis à exécution desdites sanctions. Cependant, la Cedeao reste ferme, les sanctions appliquées au Mali ne seront levées faute d’accord sur le calendrier de transition.

Le Mali va continuer à utiliser toutes les voies de recours pour obtenir l’application de cette mesure je crois que c’est ça aujourd’hui que nous voulons mettre en avant et aussi dire que même  ces décisions de la BCEAO nous savons qu’il y a des donneurs d’ordre ailleurs nous les avons vu ressortir récemment  des bois pour donner des injonctions nous savons que notre pays est aujourd’hui puni et sanctionné pour ses choix politiques.

Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires étrangères Mali

Au regard de l’impact humain et social considérable des sanctions sur les populations du Mali, le gouvernement appelle la CEDEAO, l’Union Africaine et l’organisation des Nations Unies à s’engager activement, afin que l’UEMOA se conforme à la légalité internationale et aux décisions de son propre organe de contrôle juridictionnel.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com