Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Mozambique/Réponse sécuritaire aux actions terroristes à Cabo Delgado : la coopération militaire et le renforcement des lois comme solutions du gouvernement

Les problèmes religieux et socio-économiques du territoire du Cabo Delgado au Mozambique ont favorisé l’essor de plusieurs groupes terroristes. Outre la coopération militaire dans cette région en proie à une insécurité grandissante depuis 2017, le Mozambique s’est également doté d’une loi anti-terrorisme. La crise sécuritaire affecte les populations civiles et l’économie de cette province au nord du Mozambique.

La multiplication des attaques dans la province de Cabo Delgado a poussé le Zimbabwe à s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme au Mozambique, dans le cadre de la mission de la Communauté de développement de l’Afrique australe au Mozambique (SAMIM) portée par la SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe). Le pays est en proie depuis 2017 à une série de violences qui ont déjà fait près de 4 000 morts et 800 000 déplacés.

Les attaques terroristes au Mozambique constitue une menace nouvelle à laquelle l’arsenal juridique répressif n’est pas adapté donc c’est une avancée réelle dans le cadre de la politique de lutte contre le terrorisme. Mais ce qui serait souhaitable, c’est que le Mozambique puisse mettre en place un plan global de sortie de crise en développement le volet économique dans les régions dans lesquelles vous avez une cristallisation des foyers de personnes terroristes, l’une des régions les plus pauvres du Mozambique.

Aboudramane COULIBALY, Analyste politique Mali 

En mai 2021, le parlement mozambicain a approuvé une nouvelle loi antiterroriste, prévoyant de lourdes peines pouvant aller jusqu’à 24 ans de prison pour les jihadistes condamnés. Depuis 2017, la province du Cabo Delgado, au nord du Mozambique, riche en gaz naturel, est la cible d’attaques des groupes armés, dont certains sont liés à l’État islamique. Même si plusieurs évoquent une impuissance du gouvernement et de ses forces de sécurité face à la situation, les autorités mozambicaines ont fait de la coopération militaire inter-Etats une arme pour éradiquer le fléau.

Il faut rallier dans le cadre d’une approche globale de sortie de crise, un ralliant un programme de lutte contre la pauvreté pour que le jeune radicalisé puisse avoir un emploi dans le cadre d’un processus de déradicalisation. Cela constitue donc un préalable important au-delà du fait que la communauté internationale hésite de plus en plus dans l’accompagnement du Mozambique dans la lutte et la prévention contre le terrorisme.

On note entre autres, l’engagement du Zimbabwe, du Rwanda et du Portugal contre l’extrémisme violent à travers le déploiement de troupes aux côtés du Mozambique pour rétablir la stabilité dans le pays d’Afrique australe. L’action du gouvernement mobilise à cet effet des unités d’élites disposant d’une technologie plus adaptée et intégrée dans une plus grande coopération transnationale.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com