Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Somalie : 39 candidats a l’election présidentielle

Dans le cadre de l’élection présidentielle somalienne du 15 mai 2022, 39 candidats sont en lice. Le président sortant, Mohamed Abdullahi Mohamed, est candidat à sa réélection. Deux autres anciens présidents somaliens se présentent à l’élection. En Somalie, le président est élu indirectement par les sénateurs et les membres du parlement.

39 candidats sont en lice pour l’élection présidentielle somalienne. Le président sortant Mohamed Abdullahi Mohamed est candidat à sa réélection, fait inédit dans l’histoire politique de ce pays de la Corne de l’Afrique. Deux autres anciens présidents somaliens sont candidats à ce scrutin, Hassan Sheikh Mohamud qui a dirigé le pays entre 2012 et 2017, Sharif Sheikh Ahmed, dirigeant de la Somalie de 2009 à 2012.

“Ceci n’est que le reflet de la forte tribalité qui caractérise la société somalienne actuelle, avec l’ambition pour chaque clan, non seulement d’exercer le pouvoir mais également d’en contrôler les ressources. Cela peut également être perçu comme l’absence d’un leadership fédérateur autour des défis politiques, mais surtout sociaux et sécuritaires auxquels la Somalie fait face”

Garcia NOA, Analyste politique Cameroun

En Somalie, le président est élu au suffrage indirect par les sénateurs et les députés. Il faudra rassembler au moins deux-tiers des voix des députés et sénateurs, soit 184 voix pour devenir le prochain président de la Somalie. Pour atteindre cet objectif, les candidats ont commencé à présenter leurs manifestes de campagne devant les deux chambres du Parlement fédéral, le 11 mai 2022.

“Dans le contexte actuel, ce mode de dévolution du pouvoir est celui qui permettrait de réduire les risques liés à l’organisation de cette élection. D’abord, il permettrait de prendre en considération ou encore il permettrait l’expression des aspirations de chaque groupe sociologique, mais également, il permettrait de réduire les risques sécuritaires à cette élection en ce sens que les rassemblements de masse accroissent les risques d’attentats.”

Garcia NOA, Analyste politiqueCameroun

Initialement fixée au 10 octobre 2021, l’élection présidentielle du 15 mai va mettre fin à plus d’un an de crise politique marquée par le blocage du processus électoral, avec en toile de fond, des tensions entre le président Mohamed Abdullahi Mohamed et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com