Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Afrique : la professionnalisation du secteur culturel peut engranger d’énormes richesses

En Afrique, francophone, seulement, on compte environ 400 millions de potentiels consommateurs de musique dont 65% ont moins de 25 ans. Le taux de pénétration d’Internet sur le continent qui est aujourd’hui de 22% selon la Banque mondiale, devrait impulser encore plus les revenus du secteur. Dans le cadre de la formation et de l’information des acteurs culturels sur des thématiques diverses, les AFAC, les Ateliers de Formations des Acteurs Culturels ont organisé un atelier de formation le 07 décembre au Goethe-Institut d’Abidjan-Cocody.

Dans un contexte de manque ou d’inexistence de structures de formation culturelle, un collectif d’acteurs culturels ivoiriens s’est proposé de professionnaliser l’écosystème artistique et culturel ivoirien dans ses actions. L’initiative a eu pour cadre le Goethe Institut à Abidjan en Côte d’Ivoire. Sous le titre « Ateliers de Formations des Acteurs Culturels » (AFAC), des rencontres sont proposées tous les deux mois au Goethe-Institut, pour permettre aux participants d’explorer le maximum d’aspects des différents métiers de la culture à travers des études de cas, des exercices et des bases théoriques.

Nous avons besoin de professionnaliser un peu plus le domaine culturel. Donc c’est tout à fait normal, judicieux même, je dirai, de participer à ces ateliers. Le domaine culturel et artistique en Côte d’Ivoire, on sait des choses, mais on ne sait jamais tout. Donc c’est toujours bon d’en savoir un peu plus, essayer, plus se professionnaliser.

Rita, manager d’artistes

Les acteurs du monde culturel, aujourd’hui, doivent comprendre que le mode de consommation et de production a changé, depuis l’avènement du numérique. C’est ce que pense Israël Guebo. Le directeur de l’Institut africain des médias affirme qu’il faut être sur le numérique et maîtriser ses contours, afin de leur permettre d’améliorer leur rentabilité. Pour y arriver, réunir des préalables est nécessaire pour les acteurs qui veulent profiter des revenus générés notamment par l’industrie musicale africaine. Ceux-ci ont augmenté de 9,6%, selon le dernier rapport de la fédération internationale de l’industrie phonographique publié le 23 mars 2022.

Les défis que rencontrent les acteurs culturels en Côte d’Ivoire sont principalement des défis de formation. Il faut qu’ils apprennent. Ensuite les défis de sensibilisation. Il faut qu’ils sachent également quels sont les tenants et les aboutissants de ces médias sociaux là. Quels sont les dangers qui les guettent, et puis quelles sont les opportunités qu’il y a. Et puis enfin, il faut qu’ils se fassent accompagner par des agences, par des professionnels en matière de communication numérique. 

Israël Guebo, Directeur de l’Institut Africain des Médias

L’industrie musicale africaine a généré plus de 17 milliards de dollars hors concerts en 2017. Depuis lors, tout secteur confondu, le marché a davantage explosé. En conséquence, le dynamisme des échanges dans ces filières constitue, pour les pays du Sud, une opportunité à saisir pour bénéficier des retombées positives de la mondialisation. Toutefois, ce dynamisme des échanges mondiaux de biens culturels est très concentré et déséquilibré. Les formations de ce type visent à réduire l’écart.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com