Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Trois traditions africaines inscrites au patrimoine immatériel de l’humanité

La musique raï algérienne, la sauce harissa tunisienne et la danse kalela zambienne sont les nouveaux ambassadeurs culturels africains auprès de l’humanité. Par la labellisation de ces éléments de la richesse culturelle africaine, l’UNESCO rappelle l’importance de l’art et de la tradition, vecteurs de paix et d’intégration, dans la diplomatie mondiale.

Trois traditions africaines sont désormais inscrites au patrimoine immatériel de l’humanité le 1er décembre 2022. La musique algérienne raï, la sauce tunisienne harissa et la danse zambienne kalela sont les nouveaux ambassadeurs culturels africains auprès de l’humanité. Des campagnes algériennes à Oran, le raï, genre musical aux accords qui inspire la liberté d’opinion s’est épanoui dans son pays d’origine après l’indépendance en 1962. Popularisé dans les 90 par les chanteurs Khaled, Cheb Mami et Faudel, le raï s’est adapté à la modernité sans perdre son identité qui remonte au XIXè siècle.

“Le son instrumental sera souvent repris par les instruments électroniques. On va aussi reprendre les paroles. Beaucoup de chants en bédoui vont être repris en partie mais pas totalement”

Hadj MILIANI, Professeur de littératureAlgérie

Tout comme le raï, la sauce harissa de Tunisie a fait l’unanimité auprès du comité d’évaluation de l’UNESCO. Faite à base de piments séchés au soleil, d’épices diverses et d’huile d’olive, elle est à la base des habitudes alimentaires quotidiennes du pays. Consommée dans toute la Tunisie, c’est le caractère fédérateur de la sauce harissa qui est aujourd’hui labellisée par l’UNESCO.

“Parmi les éléments du patrimoine immatériel vivant, la harissa est fortement présente dans la cuisine de Nabeul et de la cuisine en général. C’est aussi un élément essentiel de nos provisions annuelles, d’autant qu’elles jouent un rôle économique important”

Zouhair BELLAMINE, Président de l’Association pour la Sauvegarde de la Ville de Nabeul

Malgré quelques réticences, la danse kalela pratiquée de la période coloniale à ce jour en  Zambie, est également entrée dans la liste de  530 éléments culturels protégés par l’UNESCO. Invitant les pays africains à souscrire à la sauvegarde de leur richesse culturelle, l’organe onusien rappelle l’importance de l’art et de la tradition, vecteurs de paix et d’intégration, dans la diplomatie mondiale.

Agenda

Bouton retour en haut de la page

CONTACTEZ NOUS

xxxxxxx@yyy.com